Enquête « chouette effraie » dans les Vosges

Ois Nat, le 21 décembre 2016 –

La chouette effraie ou effraie des clochers habite les milieux ouverts, riches en pâturages, prairies et vergers. Il s’agit d’un oiseau strictement nocturne, rupestre à l’origine, qui s’est adapté aux constructions humaines (granges, ruines, clochers…). Mais notre « dame blanche » naguère présente dans de nombreux villages vosgiens, s’est considérablement raréfiée dans toute l’Europe.

 

En cause : le trafic routier qui ne cesse de croître, l’agriculture moderne qui élimine les milieux bocagers… mais également la fermeture des clochers d’églises.

 

chouette-effraie

 

Que peut-on faire pour lui venir en aide ?

Au début des années quatre-vingt, nous avions mené une enquête dans 222 villages du département. A l’époque, les clochers fermés par du grillage étaient peu nombreux (15% environ). Aujourd’hui, dans de nombreux secteurs, nous avons constaté que la plupart des clochers ont été rendus inaccessibles à l’effraie.

Nous sommes conscients des raisons qui poussent les municipalités à fermer les clochers. Il est vrai que les pigeons de ville et les choucas sont des squatteurs jugés indésirables (fientes et autres salissures). Pourtant, les clochers sont des lieux hautement favorables à la nidification de notre amie (absence de dérangement, pas ou peu de prédateurs, espace pour les jeunes chouettes qui apprennent à voler).

 

Vos observations nous intéressent.

Installé dans le clocher, un nichoir conçu pour l’effraie peut permettre sa nidification, tout en interdisant l’accès aux pigeons et choucas. Bien sûr, un nichoir reste moins favorable qu’un clocher ouvert, mais cette solution peut toutefois maintenir l’espèce dans les villages pauvres en vieilles bâtisses, granges et greniers accessibles.

Pour lancer cette action, nous devons recueillir, chers adhérents, un maximum de données concernant la présence de l’effraie dans nos villages vosgiens. Si vous le voulez bien, vous pouvez participer en nous indiquant si le clocher de votre commune (voire ceux des localités proches) est grillagé ou non. Toute information en rapport avec la chouette effraie (observation, nidification dans un grenier, dans une grange…) nous intéresse également. Il s’agit là d’une action sur le long terme, qui nécessite que nous intervenions dans des secteurs préalablement identifiés (pas au-delà de 600 m d’altitude en principe) et que nous connaissions les actions menées par d’autres dans le département.

 

Principes à respecter impérativement !

Les personnes intéressées par l’enquête ne doivent en aucun cas entrer dans le clocher. Les risques de dérangement sont trop importants.

Deux cas de figure peuvent se présenter :

  1. Le clocher est accessible à l’effraie : il suffit de se rendre à proximité de l’église choisie avant la tombée de la nuit et d’attendre la sortie de l’effraie. Il est nécessaire de patienter en face d’une ouverture pendant au moins une heure après le crépuscule. Indiquez-nous si vous l’avez observée.
  2. Le clocher est grillagé ou inaccessible pour une autre raison (abat-son totalement clos, par exemple) : dans ce cas, il faut nous informer.

 

Pour nous informer :

Alex Humbert: humbertalex@hotmail.com

ou par courrier :

Association Oiseaux-Nature 1 la Scierie d’Avin 8822O XERTIGNY – Oiseauxnature@free.fr

 

A lire  ou relire le Troglo numéro 124 « Tyto Alba, La Dame blanche »