Consultation concernant de la transition écologique du 21 janvier au 15 mars 2019

Ois Nat, le 28 janvier 2019 –

 

Vous n’êtes pas sans le savoir, le gouvernement organise un grand débat national  avec 4 thèmes dont celui de la transition écologique.

Si vous désirez donner votre avis afin de défendre la nature, il est possible de répondre à un questionnaire en ligne à partir du 21 janvier 2019 jusqu’au 15 mars 2019

Sur le site Le grand débat national :

site web Internet  Transition écologique-Partagez vos propositions

 

Certains d’entre nous ont perdu tout espoir de changement pour la protection de la nature, certains disent que répondre aux consultations est inutile, d’autres préfèrent des formes d’expression différentes…et nous comprenons la lassitude qui accompagne les défenseurs de l’environnement. Mais nous avons là une possibilité de nous manifester, d’exprimer notre mécontentement même si les questions proposées sont restrictives, même si la possibilité d’être écouté est limitée, il reste un espace de liberté dans les champs libres et comme à notre habitude nous n’hésiterons pas à les utiliser pour faire entendre la voix d’une biodiversité qui souffre et meurt dans l’indifférence presque générale.

 

L’information et les questions qui sont indiquées sur le site de ce «grand débat national/transition écologique» intéressent presque exclusivement autour le changement climatique et la transition énergétique .

Effectivement le changement climatique est un problème environnemental des plus sérieux et l’effondrement de la biodiversité est en partie lié à celui-ci…mais pas seulement. Le déclin de la biodiversité est lui aussi un problème grave et à part entière – Imaginez l’extinction des pollinisateurs! – problème dont les causes ne sont pas exclusivement liées au changement climatique et pour lequel il est indispensable d’envisager des solutions autres que celles de la transition énergétique.

 

Les thèmes concernant le déclin de la biodiversité sont nombreux et nous pourrions faire un inventaire bien plus triste que celui de Prévert : Le morcellement des milieux, l’urbanisation, la disparition des vergers, des haies, le fauchage des bords de route, la pollution lumineuse, la pollution de l’eau, le tourisme, les loisirs motorisés dans des milieux naturels, la disparition des mares, des zones humides, l’accaparement des nappes phréatiques, bien commun, par de grandes multinationales, etc., etc.…

Lire aussi:

Biodiversité en berne espèces menacées - Vosges Matin 17-02-2017

 

Parmi les causes des plus importantes de la destruction de la biodiversité à dénoncer: les lobbies des multinationales qui entourent les présidents, les ministres et les députés. Nous avons tous en tête les puissantes entreprises de l’agrochimie qui travaillent pour le maintien du glyphosate et autres biocides dans l’agriculture. Ces mafias qui rodent et qui dirigent le monde sont de ce fait quasiment impunies lorsqu’un scandale éclate.

Les pesticides, liés à l’agriculture intensive/productiviste (qui assassine les paysans), empoisonnent les humains, les animaux, les végétaux, bref le vivant. Demandons la seule solution, l’arrêt de tous les pesticides (Voir l’action des coquelicots).

Et puis l’agriculture « commerciale » peut-être remplacée avantageusement par une agriculture écologique respectueuse de la nature et des hommes. Cette agro-écologie recommande entre autre la fauche tardive, la plantation de haies vives, les auxiliaires des cultures, etc… actions chères à Oiseaux Nature.

Une autre cause trop peu connue à défendre:

Stop à la chasse, cette imposture qui vise à faire croire que les chasseurs sont des écologistes car ils participeraient à la régulation de la faune sauvage. La chasse n’est qu’un loisir tuant le vivant et la meilleure régulation est celle faite par les prédateurs de la faune sauvage. Stop au piégeage et aux chasses traditionnelles (vénerie sous terre, chasse à courre, chasse à l’arc, gluaux, tenderies, matoles, tendelles, filets) qui dérangent et tuent aveuglément des espèces en déclin, des animaux protégés, (sans parler de la cruauté et la souffrance inadmissible aujourd’hui où l’on reconnait la sensibilité des animaux).

Il y a bien d’autres sujets concernant la perte de la biodiversité malheureusement la liste est longue.

Notre demande toujours plus croissante des ressources que nous donne la terre détruit notre environnement et la biodiversité. Refusons les banquiers, les investisseurs, les spéculateurs qui s’accaparent la nature comme bien à vendre et l’épuise. Les grands pollueurs, les grands destructeurs doivent payer et réparer…et peut être disparaitre? Notre désir de puissance et de maitrise est-il lié au bonheur? Il nous faut développer des technologies respectueuses de l’environnement, l’animal et l’homme. La transition écologique est une question politique (au sens large) et éthique. Les solutions pour protéger l’environnement ne pourront être mise en œuvre que dans un contexte de justice sociale et de solidarité. Des choix politiques courageux, des grands changements doivent permettre aux plus faibles d’entre nous de participer à la protection de l’environnement sans avoir recours à des dispositifs assimilés à de «la charité faite aux pauvres».  Il est grand temps de réfléchir à d’autres modes de vie, à nos réels besoins et valeurs…

Exprimer vous pour la nature!

 

Ensemble, agissons pour la nature!

Ensemble, agissons pour la nature!