La bataille de l’eau continue sur le secteur de Vittel

Ois Nat, le 8 octobre 2020 –

 

Avec l’abandon du projet de pipelines pour transporter l’eau de Villages voisins vers la population du secteur de Vittel, afin de permettre à N.W. de pomper toujours plus et toujours plus lucrativement, on pouvait penser que la lutte pour « l’eau aux habitants » était terminée. Que nenni, le problème est maintenant la confusion entretenue entre restauration et équilibre de la nappe et l’emploi de ces termes n’est pas anodin. Il permet à N.W. de continuer à pomper l’eau sur le dos des habitants.

Voyez ce qu’en pense le collectif eau 88:

« Une fois n’est pas coutume, France 2 est venu à Vittel faire un reportage sur la situation des nappes d’eau de Vittel dans le contexte de réchauffement climatique que nous connaissons particulièrement ici.

 

Vittel : quand l’eau vient à manquer – France2

Le sujet est bien sûr traité de façon très succincte mais n’en est pas moins équilibré nous semble-t-il.

Encore faut-il relever quelques imprécisions ou inexactitudes prononcées par certains interviewés :

–  Le directeur des usines Nestlé à Vittel Contrexéville, Ronan Le Fanic, déclare que la multinationale a baissé ses prélèvements de 38% dans les GTI, ce qui n’est pas vérifiable et signifie qu’avec une autorisation de 1 million de m3 annuels Nestlé continue à prélever 720 000 m3 ce qui correspond peu ou prou à son autorisation d’embouteillage mais aussi au déficit annuel de la nappe. Le préfet d’ailleurs refuse de baisser l’autorisation. Ainsi Nestlé conserve son autorisation de 1 million de m3. Il complète sa réponse en avouant des prélèvements compensatoires dans des nappes qui ne sont pas en déficit. On ne peut prouver cette allégation aujourd’hui, mais on sait que depuis 2014 la préfecture a autorisé des prélèvements à Suriauville en compensation de la baisse des prélèvements dans les GTI. N’oublions pas que ces eaux, plus superficielles (Gîtes A et B) participent à alimenter à hauteur 45% la nappe profonde des GTI. Qu’en sera-t-il demain ?

–   Le directeur de l’Agence de l’Eau Rhin Meuse, Marc Höetzel, déclare que « l’objectif, au final, est de mettre la nappe à l’équilibre ». Non monsieur le directeur, l’objectif est de restaurer la nappe d’ici 2050 afin d’être en mesure d’affronter le péril du réchauffement climatique. Or le seul objectif que vous proposez avec le préfet des Vosges c’est bien de mettre la nappe à l’équilibre en 2027 ! Et comment faire ensuite pour assurer la restauration de la nappe : dire non à Nestlé, fermer la fromagerie, ou faire un pipeline pour la population ?! Le plan est un faux plan mais une vraie arnaque. »

 

Pour plus d’infos suivez les sites:

site web Internet L’eau qui mord

site web Internet Dossier SAGE GTI – Vosges Nature Environnement