La prédation du chat: des solutions existent pour la limiter

Ois Nat, le 23 octobre 2017 –

 

La prédation du chat domestique sur la faune sauvage serait telle que le Muséum national d’Histoire naturelle s’en inquiète.

A ce sujet vous trouverez un article sur le site Notre planète.info et des solutions simples proposées par la LPO pour limiter l’impact de nos amis les chats sur la biodiversité. Nul besoin de haïr, pourchasser et persécuter les chats, réfléchir, s’impliquer de façon individuelle et collective sera déjà un grand pas vers la solution.

A savoir également:

« Bien sûr, les chats ne sont pas les seuls responsables : ce sont, avant tout, les activités humaines et notre emprise de plus en plus forte sur le milieu « naturel » qui constitue la principale cause de déclin de la faune sauvage. La chasse y participe : sur le territoire métropolitain, entre 149 000 et 895 000 oiseaux sont tués illégalement chaque année… Tandis que l’habitat des petits animaux ne cessent de se retreindre à cause de l’étalement urbain.»

Même si vous ne possédez pas de chat, il parcourent librement les jardins pendant la nuit. Afin d’en préserver la biodiversité, la LPO nous propose quelques astuces qui ont fait leurs preuves :

 

 

Et pour les propriétaires de chats, il existe également des solutions pour limiter leur prédation :

 

 

Pour en savoir plus, lire aussi le document de la LPO:

pdf La prédation du chat domestique -Médiation faune sauvage LPO Septembre 2017

et voir l’article également de la LPO:

Abandon des chats lors des vacances : double peine pour l’animal domestique et pour la faune sauvage – LPO 07-06-2017