Les oiseaux des jardins peu nombreux aux mangeoires cet hiver.

Ois Nat, le 6 janvier 2017 – mise à jour le 8 février 2017 –

 

Vous êtes un certain nombre à nous faire part de votre inquiétude: il y a peu d’oiseaux aux mangeoires cet hiver! Que se passe-t-il?

 

Tout d’abord, vos nombreux messages montrent l’intérêt et la confiance que vous portez à l’association Oiseaux Nature et  nous vous en remercions.

 

Chardonneret élégant - Photo Samuel Audinot

Chardonneret élégant – Photo Samuel Audinot

 

Le déclin actuel des populations de mésanges et autres oiseaux «communs» (effraie, alouette des champs…), comme celui de la biodiversité «ordinaire» (faune, flore) nous inquiète également.

 

Dès la fin de l’été 2016, le Muséum National d’Histoire Naturelle et le Comité Français de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature nous ont tous alertés sur le déclin des oiseaux nicheurs en France:

En fin d’année 2016, certains des naturalistes et ornithologues de l’association Oiseaux Nature ont constaté qu’effectivement il n’y avait que peu d’oiseaux aux mangeoires et ont d’abord attribué cela à l’automne plutôt doux qui permettait aux oiseaux de trouver leur nourriture dans la nature sans se rapprocher des habitations

– De plus, il semblerait que la fructification des hêtres exceptionnelle en 2016, Les faines continuant à tomber en hiver même sur la neige, les oiseaux habituellement présents aux mangeoires sont restés en forêt où ils ont trouvé cette nourriture naturellement attractive –

 

Faînes de hêtre - image Internet

Faînes de hêtre – image Internet

 

Ceci associé aux conditions météorologiques désastreuses du printemps qui ont aussi affecté les nichées de nombreuses espèces d’oiseaux, pouvait justifier ce constat.

 

Hirondelle morte de faim au printemps 2016 - Annie Barthélémy avril 2016

Des hirondelles sont trouvées mortes (certainement de faim) ce printemps 2016

 

Mais cela ne parait pas suffisant à expliquer ce phénomène observé sur pratiquement toute la France. Il est encore trop tôt pour donner une explication à cette triste situation car la cause de diminution des oiseaux peut être due à plusieurs facteurs à la fois comme :

la raréfaction de nombreuses plantes, de la flore sauvage, de tout un cortège d’insectes, abeilles, papillons, carabes…, d’amphibiens, de lombrics etc …, la perte des lieux pour nicher, la mécanisation intensive de l’agriculture et les pesticides, l’arrachage des haies, le fauchage des bords de route, les prairies naturelles qui disparaissent, le braconnage, la chasse, les collisions contre les vitres et voitures, la disparition des zones humides, les maladies, les prélèvements par les chats domestiques, l’éclairage nocturne, les lignes à haute et moyenne tension, éoliennes, le dérèglement climatique, les captures au filet en Afrique du nord, etc, etc… et puis toutes nos petites actions néfastes répétées pendant des années qui peuvent avoir de grands effets (par exemple : taille, tonte, insecticide, anti limace dans nos jardins, nourrissage inadéquat des oiseaux en hiver, démolition des vieux murs, des vieilles granges, abattage des vieux arbres…). Cette liste n’est pas exhaustive malheureusement !

Le retour remarqué et médiatisé de grandes espèces emblématiques (rapaces, hérons, grandes aigrettes…) masque aussi les problèmes des oiseaux communs.

 

Cuivré de la bistorte © Nicolas Hélitas

Cuivré de la bistorte © Nicolas Hélitas

 

Oiseaux Nature mène des actions d’études (en particulier comptages et baguages d’oiseaux) avec des organismes reconnus et reste vigilant. Voir notre rubrique: Études et suivis

La participation, les témoignages des adhérents et sympathisants sont aussi des indicateurs.

Tout cela permet à l’association d’agir auprès des pouvoirs publics afin que des démarches de protection de l’environnement soient engagées.

Individuellement, si nous désirons devenir acteur de la préservation de la biodiversité, chaque petit geste pour cette dernière nous permettra – nous l’espérons –  d’inverser la tendance, comme la plantation de haies naturelles, l’utilisation de produits naturels à la maison, de techniques alternatives aux pesticides dans les jardins, villages, ville, la pose de nichoirs, laisser de la friche, des arbres morts, des vieilles bâtisses, des ouvertures…etc.

 

Lire aussi l’article du Troglo n° 127 d’avril 2017

Troglo Ois-Nat « La quête de l’oiseau perdu »

 

Et encore :

web Communiqué de la LPO : Les 28 & 29 janvier 2017 : week-end national de comptage des oiseaux des jardins

web Oiseaux des Jardins – Vigie Nature

web Forte baisse des observations de certaines espèces de passereaux cet hiver – Actualité MNHN du 08 février 2017

 

Stop au massacre de nos passereaux! - LPO