Pose d’un nichoir pour cincle plongeur

Ois Nat, le 10 octobre 2018 –

 

Une fois n’est pas coutume, l’équipe qui d’habitude pose les nichoirs pour chouette effraie change d’espèce, cette fois le nichoir est proposé au cincle plongeur.

 

Si les cincles plongeurs ne sont pas au rendez-vous, les bergeronnettes de ruisseaux ne manqueront pas d’investir le nichoir-Vosges Matin 05-10-2018  Cincle plongeur - Image Internet

 

pdf Pose d’un nichoir pour cincle plongeur à Tendon-Vosges Matin 05-10-2018

 

«Un pont de pierre au-dessus d’un petit cours d’eau rapide, rocailleux et non pollué, c’est un environnement favorable qui devrait plaire à un couple de cincles plongeurs.» s’est dit un membre de l’association Oiseaux Nature en voyant le pont de Tendon enjambant le ruisseau de la Hutte. Aussitôt dit, aussitôt fait, car une action de préservation pour la biodiversité, c’est une affaire qui n’attend pas !

En effet le cincle plongeur est un passereau qui cherche sa nourriture, en général des larves aquatiques d’insectes ou des petits crustacés, en plongeant et marchant sous l’eau, des cours d’eau à fond graveleux. Il niche à proximité de l’eau, par exemple dans un mur, dans une souche d’arbre ou encore sous un pont.

Les populations de cincles plongeurs ne semblent pas être en danger malgré la plus ou moins mauvaise santé de nos cours d’eau, le défrichement des berges, le bétonnage, etc…mais l’association Oiseaux Nature craint la disparition des sites de nidification et préfère prévenir en attendant les prochains comptages de cet oiseaux.

Rappelons aussi que les communes ont un rôle essentiel à jouer pour la biodiversité, facteur de bien-être des habitants.

A suivre… pour de belles observations et si les cincles plongeurs ne sont pas au rendez-vous, les bergeronnettes des ruisseaux ne manqueront pas d’investir le nichoir.

 

Nichoir pour cincle plongeur2    Nichoir pour cincle plongeur1

Le nichoir, c’est du solide!

 

A relire un article dans les premiers numéros du Troglo!

Troglo Ois-Nat 3kb  L’eau de vie – Le Troglo n°28 – été 1988 – page 18