Préserver les milieux

 

Rives de la Moselle - Photo Patrick Maison

Rives de la Moselle – Photo Patrick Maison

Page mise à jour en décembre 2020

Depuis sa création, l’association Oiseaux Nature lutte pour la préservation des milieux naturels.

Voici quelques unes des actions menées par Oiseaux-Nature grâce à votre soutien,  ainsi que des informations et des conseils.

 

 


 

La biodiversité en danger

Cette rubrique ne doit faire baisser les bras, au contraire elle renvoie à des articles, des données qui peuvent aider à informer et alerter. La perte de la biodiversité liée essentiellement aux activités humaines est silencieuse et insidieuse. Mettons en lumière ce mal pour mieux le combattre et pour avoir toujours plus d’arguments devant nos détracteurs!  Vous trouverez sur le site des solutions proposées par Oiseaux Nature.

 

Il y a peu d’oiseaux aux mangeoires cet hiver! Que se passe-t-il?

Vous êtes un certain nombre à nous faire part de votre inquiétude: certaines espèces manquent à l’appel chez vous!

Chardonneret élégant – Photo Samuel Audinot

Le déclin actuel des populations d’oiseaux « communs » (effraie, alouette des champs…), comme celui de la biodiversité « ordinaire » (faune, flore) nous inquiète également.

Depuis quelques années, le Muséum National d’Histoire Naturelle et le Comité Français de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature alertent sur le déclin des oiseaux nicheurs en France. Certains hivers, des naturalistes et ornithologues de l’association Oiseaux Nature ont constaté qu’effectivement il n’y avait que peu d’oiseaux aux mangeoires et ont d’abord attribué cela à l’automne plutôt doux qui permettait aux oiseaux de trouver leur nourriture dans la nature sans se rapprocher des habitations.

– Par exemple en 2016, la fructification des hêtres exceptionnelle et Les faines continuant à tomber en hiver même sur la neige, les oiseaux habituellement présents aux mangeoires sont restés en forêt où ils ont trouvé cette nourriture naturellement attractive.

Faînes de hêtre - image Internet

Faînes de hêtre – image Internet

Ceci associé aux conditions météorologiques désastreuses du printemps qui ont aussi affecté les nichées de nombreuses espèces d’oiseaux, pouvait justifier ce constat.

Mais cela ne parait pas suffisant pour expliquer ce phénomène observé sur pratiquement toute la France. Il n’est pas possible de donner une explication simple à cette triste situation car la cause de diminution des oiseaux peut être due à plusieurs facteurs à la fois comme : la raréfaction de nombreuses plantes, de la flore sauvage, de tout un cortège d’insectes, abeilles, papillons, carabes…, d’amphibiens, de lombrics, etc …, la perte des lieux pour nicher, la mécanisation intensive de l’agriculture et les pesticides, l’arrachage des haies, le fauchage des bords de route, les prairies naturelles qui disparaissent, le braconnage, le piégeage, la chasse traditionnelle et la chasse tout court, les collisions contre les vitres et voitures, la disparition des zones humides, les maladies, les prélèvements par les chats domestiques, l’éclairage nocturne, les lignes à haute et moyenne tension, les éoliennes, le dérèglement climatique, les captures au filet en Afrique du nord, etc, etc… et puis toutes nos petites actions néfastes répétées pendant des années qui peuvent avoir de grands effets (par exemple: taille, tonte, désherbant, anti limaces dans nos jardins, nourrissage inadéquat des oiseaux en hiver, démolition des vieux murs, des vieilles granges, abattage des vieux arbres…).

Déclin inquiétant des oiseaux de nos jardins

Hirondelles morte de faim – Printemps 2016

Malheureusement la liste est longue ! De plus, le retour remarqué et médiatisé de grandes espèces emblématiques (rapaces, hérons, grandes aigrettes, cigogne…) masque aussi les problèmes des oiseaux communs.

Oiseaux Nature mène des actions d’études (en particulier comptages et baguages d’oiseaux) avec des organismes reconnus et reste vigilant. La participation, les témoignages des adhérents et sympathisants sont aussi des indicateurs. Tout cela permet à l’association d’agir auprès des pouvoirs publics afin que des démarches de protection de l’environnement soient engagées.

Individuellement, si nous désirons devenir acteur de la préservation de la biodiversité, chaque petit geste pour cette dernière nous permettra – nous l’espérons – d’inverser la tendance, comme la plantation de haies naturelles, l’utilisation de produits naturels à la maison, de techniques écologiques pour les jardins et les communes, la pose de nichoirs, ainsi que accepter et laisser sur place la friche, les arbres morts, les vieilles bâtisses, les ouvertures propices aux gites…etc.

Lire aussi l’article:

Troglo Ois-Nat « La quête de l’oiseau perdu » dans LeTroglo n° 127 d’avril 2017

Biodiversité en berne espèces menacées - Vosges Matin 17-02-2017

pdf Biodiversité en berne espèces menacées – Vom 17-02-2017

 

 

Depuis plusieurs années la biodiversité souffre de la sécheresse: Oiseaux Nature demande temporairement l’arrêt de la pêche dans les Vosges – Août 2018

Depuis bien longtemps les associations de défense de l’environnement alertent sur le réchauffement climatique. Année après année, la faune sauvage souffre du manque de pluie et de la canicule. Une grande famine, tragédie silencieuse, sévit chez les animaux sauvages, en cause les activités humaines qui « rongent » l’espace vital (au sens large) de la biodiversité.

Même chose pour la faune aquatique, le manque d’eau entraînant concentration des polluants, diminution du taux d’oxygène dissous et températures trop élevées des rivières, l’assèchement des zones humides impactent considérablement la faune et la flore de ces écosystèmes.

Le Préfet des Vosges a lancé une alerte sécheresse le 3 août 2018 et pris des mesures pour préserver la ressource en eau . Oiseaux Nature considère que les poissons représentent un patrimoine biologique qu’il faut préserver à tout prix et demande à Monsieur le Préfet de bien vouloir suspendre de façon temporaire la pêche de ces espèces dans les Vosges.

Lettre Oiseaux Nature Demande de suspension de la pêche Préfet des Vosges - 3 août 2018

Un article dans Vosges Matin:

Vosges Environnement Sécheresse – des cours d’eau qui inquiètent – Vosges Matin 13-08-2018

 

 

La sécheresse éprouve durement la faune et la flore sauvage des Vosges: Oiseaux Nature demande au Préfet de prendre des dispositions de toute urgence – Août 2019

 

Lettre de Oiseaux Nature au Préfet des Vosges le 02 août 2019 - Préservation de la faune et la flore sauvage lors de l'actuel sécheresse-1 Lettre de Oiseaux Nature au Préfet des Vosges le 02 août 2019 - Préservation de la faune et la flore sauvage lors de l'actuel sécheresse-2

pdf Lettre de Oiseaux Nature au Préfet des Vosges le 02 août 2019 – Préservation de la faune et la flore sauvage lors de l’actuel sécheresse

Oiseaux Nature réclame une suspension de la chasse aux oiseaux - Vosges Matin 26-08-2019

pdf Oiseaux Nature réclame une suspension de la chasse aux oiseaux – Vosges Matin 26-08-2019

 

 

Conférence de Oiseaux Nature dans le cadre des « coquelicots » (pour l’arrêt des pesticides) – Novembre 2019

Les oiseaux se cachent pour mourir conférence animée par Oiseaux Nature à Liezey - Novembre 2019

pdf Les oiseaux se cachent pour mourir conférence animée par Oiseaux Nature à Liezey – Novembre 2019

 

 

Alerte scolyte typographe, la petite bête qui fait mourir les épicéas en masse! – Décembre 2019

Depuis deux ans, les épicéas rougissent et meurent en masse dans les Vosges. Qui est responsable? Les sécheresses successives, et un minuscule insecte de même pas 5 mm, qui profite lâchement de l’affaiblissement des arbres en souffrance : le Typographe de l’épicéa !

Louis-Michel NAGELEISEN, qui était spécialiste des dépérissements au Département de la Santé des Forêts, nous en dit plus sur ce redoutable insecte:

pdf Scolytes dans le Massif vosgien : une situation inédite – Louis-Michel Nageleisen-Oiseaux Nature – Décembre 2019

Scolyte typographe - Mortalité massive d’une pessière dans les Vosges au cours de l’été 2019

Mortalité massive d’une pessière (plantation d’après la 2ème guerre mondiale) dans les Vosges au cours de l’été 2019.

 

 

Enduros, prélèvements, ramassages, agrainage des sangliers, élevages des cerfs, perturbation des milieux de vie par des chiens, détonations répétées, circulations des 4×4 en toute saison sur des voies interdites (fort justement) à la circulation des véhicules motorisés… – Janvier 2020

…La liste est longue des dérangements qui mènent à la destruction de la faune sauvage dans les forêts vosgiennes, , en particulier des espèces sensibles et emblématiques comme la Gélinotte des Bois et le Grand Tétras.

Oiseaux Nature – qui travaille notamment à tenter de faire survivre les derniers tariers des Prés – écrit au préfet au sujet de la situation extrêmement critique de la Gélinotte des Bois et du Grand Tétras dans les Vosges :

-Question : quelles mesures vont être prises par l’état pour sauver les deux espèces citées plus haut?

-Nos propositions de premières mesures rapides et efficaces, à prendre par l’état : Ne plus accorder d’autorisations pour enduro «moto verte» dans les Vosges, ne pas accorder d’autorisation pour le prélèvement d’œufs de Gélinotte des Bois en vue d’élevage en captivité.

Lettre de Oiseaux Nature 02-01-2020 au préfet des Vosges concernant le dérangement des trétraonidés-1 Lettre de Oiseaux Nature 02-01-2020 au préfet des Vosges concernant le dérangement des trétraonidés-2 Grand Tétras - Dessin Catherine Bernardin

pdf Lettre de Oiseaux Nature 02-01-2020 au préfet des Vosges concernant le dérangement des trétraonidés

 

 

De Vittel à Thaon les Vosges en passant par Chantraine et Rambervillers, des appels se multiplient : des jeunes mésanges meurent dans les nids et souvent les adultes ont disparu! – Mai 2020

Très fortement soupçonnés, des traitements anti-chenilles processionnaires, (alors que la plupart du temps, ce ne sont pas ces  chenilles). Souvent, particuliers ou mairies mal informés croient avoir affaire à des processionnaires alors que ce n’en sont pas ! C’est catastrophique pour la faune sauvage qui se nourrit de chenille. Rappelons que traiter chimiquement des chenilles inoffensives est interdit  ( Loi Labbé ).

Notre spécialiste Louis-Michel NAGELEISEN est disponible pour vous apporter tous les éléments nécessaires à une bonne information.

téléphone 06 76 83 88 15 – louis.michel.nageleisen@gmail.com

 

Voir le reportage de ViaVosges:

site web Internet Ne pas confondre… sur ViaVosges – Journal du mardi 26 mai 2020

La pullulation des chenilles processionnaires du chêne ne doit pas empêcher de faire preuve de discernement. L’association Oiseaux Nature alerte sur des cas de traitement sauvage sur des nids de chenilles non urticantes, sources de nourriture pour nombre d’oiseaux…

Alerte chenilles ne pas confondre - mai 2020

L’hyponomeute du fusain inoffensive pour l’homme comme la plupart des chenilles

 

 

Quelques indicateurs généraux

 

Résultat du programme de suivi temporel des oiseaux communs (STOC)

« …Entre 1989 et 2019, les effectifs des oiseaux communs dans leur ensemble ont diminué de 15%. La chute la plus importante concerne les oiseaux spécialistes des milieux agricoles (-38%), tandis que les oiseaux généralistes, pouvant vivre dans des milieux très variés, de la ville aux forêts et aux plaines céréalières, ont augmenté de 22%… »

Résultats du programme stoc 1989-2019 - Vigie Nature

Résultats du programme stoc 1989-2019 – Vigie Nature

 

 

Bilan 2020 de l’ONB (Observatoire National de la Biodiversité) : six grandes questions sur la biodiversité en France

La biodiversité est le tissu vivant de la planète, produit des interactions entre la diversité des écosystèmes, la diversité des espèces et celle des individus. L’homme en fait partie. Partout sur la planète, chercheurs et observateurs partagent un constat unanime : le vivant disparaît à un rythme sans précédent. Avec près d’une espèce sur cinq menacée de disparition, l’intégrité des écosystèmes est partout mise en péril et par conséquent celle de nos sociétés humaines, qui en dépendent. http://indicateurs-biodiversite.naturefrance.fr/fr/les-publications

Six questions sur la biodiversité en France - Bilan de l'ONB 2020 

site web Internet  Le bilan 2020 de l’ONB

 

 

Les scientifiques de l’IPBES ont publié l’évaluation de l’état mondial de la biodiversité : un million d’espèces sont menacées d’extinction – Mai 2019:

Les scientifiques de l’IPBES (Plateforme Intergouvernementale sur la Biodiversité et les Services Écosystémiques) ont rendu public leur rapport sur l’état mondial de la biodiversité (résumé) : « Le dangereux déclin de la nature : Un taux d’extinction des espèces « sans précédent » et qui s’accélère – La réponse mondiale actuelle est insuffisante ; Des « changements transformateurs» sont nécessaires pour restaurer et protéger la nature. »

-une information sur une urgence absolue presque confidentielle, qui ne semble pas inquiéter beaucoup de monde et surtout pas nos décideurs,

-à la suite de ce rapport, un G7 environnement à Metz qui adopte une charte « gentillette » (« non contraignante« , un président de la croissance économique qui ignore la biodiversité et qui annonce des mesures concernant son sauvetage…difficile à croire…

Aller, on continue quand même à y croire à ce sauvetage, on agit et on appelle à l’action.

site web Internet CP:Le dangereux déclin de la nature : Un taux d’extinction des espèces « sans précédent » et qui s’accélère – IPBES – Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques – Le 6 mai 2019 à Paris

CP image Humanité et Biodiversité

 

 

Un rapport qui met en évidence le déclin de la biodiversité en Europe – Octobre 2020:

« Non seulement l’érosion de la biodiversité n’a pas été enrayée au sein de l’Union européenne (UE) ces dernières années mais sa détérioration s’est encore aggravée, notamment en raison des activités agricoles. »

site web Internet Le rapport sur l’ État de conservation de la nature dans l’Union européenne

site web Internet Plus de la moitié des oiseaux sauvages en mauvais état de conservation dans l’UE – Animal Cross 22 octobre 2020 (article du Monde)

Cuivré de la bistorte © Nicolas Hélitas

Cuivré de la bistorte © Nicolas Hélitas

 

 

Plus ludique, l’Office Français pour la Biodiversité (OFB) a publié sa nouvelle plaquette : Qu’est-ce que la biodiversité ? Quel est son rôle ? Qu’est-ce qui la menace ? Comment la préserver?…

Préserver le biodiversité c'est aussi nous préserver - OFB 2019

site web Internet  Préserver la biodiversité, c’est aussi nous préserver – Office Français pour la Biodiversité – 2019

 


 

Les pesticides, de faux-amis

 

Paysans on vous aime - Daniel CUEFF

Retrouvez le livre écrit par Daniel CUEFF, le maire qui s’est engagé puis suivi par d’autres, contre les pesticides de synthèse, sur le site:

site web Internet Paysans on vous aime

 

Les pesticides, les biocides ou encore et plus politiquement correct, les produits phytopharmaceutiques….

Un pesticide est une substance utilisée pour tuer des animaux ou plantes considérés comme « nuisibles » aux activités humaines ou à l’homme lui-même. Malgré l’appellation hypocrite de « phytosanitaires » pour certains de ces produits, ils sont composés de molécules toxiques pour le vivant.

Le terme pesticides désigne les substances chimiques destinées à repousser, détruire ou combattre les ravageurs et les espèces indésirables de plantes ou d’animaux causant des dommages aux denrées alimentaires, aux produits agricoles, au bois et aux produits ligneux, ou des aliments pour animaux. Les produits phytosanitaires en font partie.

Le terme phytopharmaceutiques désigne les utilisations végétales des pesticides. Il existe principalement trois catégories : les herbicides (contre les mauvaises herbes), les fongicides (pour lutter contre les champignons) et les insecticides (pour lutter contre les insectes). D’autres produits ont une action sur les rongeurs (rodonticides), sur les escargots et les limaces (molluscicides). D’après la définition donnée par l’article L.253-1 du code rural, ils comprennent aussi les produits contenant des OGM ayant pour fonction de détruire les espèces indésirables.

Le mot biocide est plutôt utilisé pour les désinfectants, les produits de traitement du bois et les produits contre les rongeurs qui font tant de mal à la faune sauvage.

Depuis le 1er janvier 2017, La loi Labbé (Loi n° 2014-110 du 06/02/2014 visant à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national) modifiée par l’article 68 de la Loi sur la Transition Énergique pour la croissance verte (LTE) (Loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte) et la loi Pothier (Loi n° 2017-348 du 20 mars 2017 relative à la lutte contre l’accaparement des terres agricoles et au développement du biocontrôle) interdit à l’État, aux collectivités locales et aux établissements publics, l’usage des pesticides de synthèse dans les espaces verts publics  et la vente en libre-service aux particuliers. En 2017, les « phytosanitaires » (ex pesticides mais toujours pesticides) étaient délivrés aux particuliers suite à un conseil personnalisé donné par un vendeur certifié (vente interdite en libre service).

Round-up sous vitre dans un super marché - Photo Pascale Meignan

Désherbants sous vitre mais toujours en vente aux particulier…jusque 2019.

À compter du 1er janvier 2019, l’interdiction d’usage et de stockage des pesticides et de la vente est généralisée aux particuliers. Seuls les produits phytopharmaceutiques d’origine naturelle sont disponibles pour les jardiniers amateurs.

A l’échelle européenne, pour ce qui concerne le glyphosate (herbicide total, utilisé essentiellement par les agriculteurs mais aussi pour l’entretien des routes, des voies ferrées), l’autorisation de son utilisation est reportée à 5 ans depuis 2017. En 2022, les États membres de l’UE se réuniront à nouveau pour prendre la décision – ou non – de renouveler l’autorisation de mise sur le marché dans les pays européens. En attendant, les États peuvent délivrer ou refuser des autorisations de mise sur le marché national de produits fabriqués à partir du glyphosate.

pour en savoir plus:

Le site « Jardiner Autrement » qui est porté par la Société Nationale d’Horticulture de France, avec le soutien de l’Agence Française pour la Biodiversité ( AFB ), du ministère chargé de l’Environnement et du ministère chargé de l’Agriculture.

site web Internet Jardiner autrement

 

Malheureusement, suite à l’interdiction des pesticides dans les endroits publics, de nombreux particuliers « arrosent » illégalement et inconsciemment devant chez eux, sur le terrain communal.

En 2020, Oiseaux Nature saisit le Préfet des Vosges, l’association des maires et les communautés de communes.

pdf Lettre aux Maires de Oiseaux Nature – Inquiétude quant aux désherbants interdits encore utilisés – mai 2020

Lettre1 désherbant - juin 2018      Lettre2 désherbant - juin 2018

 

L’épandage de pesticides près des habitations:

La demande d’une distance de sécurité par des ONG auprès de notre gouvernement est toujours au point mort, dans l’arrêté du 27 décembre 2019 relatif aux mesures de protection des personnes lors de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques et modifiant l’arrêté du 4 mai 2017 , les distances minimales pour l’épandage de pesticide près des habitations sont de  5 et 10 mètres .
Pour en savoir plus voir le site de l’association Générations Futures:
site web Internet Réduction des distances d’épandage des pesticides – GF le 15 mai 2020
Logo © Génerations Futures
A suivre

 

Stoppons l’usage des pesticides… Recherchons, utilisons les alternatives aux pesticides !

Après le plan écophyto1 de 2009, le gouvernement lance le plan écophyto2 en 2015, beaucoup de belles promesses, un monde sans pesticides…?

Attention à l’effet d’annonce du plan écophyto2 car lors du plan écophyto1, l’utilisation des pesticides en France n’a fait qu’augmenter.

Inaction de notre gouvernement face aux lobbies de l’agriculture intensive et de l’industrie chimique, cadre laxiste au niveau européen, que faire? la seule solution, l’action citoyenne c’est à dire nous prendre en main, nous ne pouvons pas compter sur nos décideurs politiques qui pactisent avec les marchands de pesticides, véritables marchands de mort:

-Dénoncer les pesticides et leurs défendeurs: signer les pétitions, les faire signer, faire circuler les informations (Internet et les réseaux sociaux sont de puissants outils d’information). Dénoncer aussi la confiscation des choix des citoyens par les multinationales et les financiers.

-Rencontrer les élus, les voisins, etc… expliquer les dangers des pesticides, réclamer des communes sans pesticides. Modifier les points de vue : les soi-disant « nuisibles » sont utiles, les mauvaises herbes sont bonnes, redéfinir les notions de propreté, de beauté.

-Refuser d’acheter des produits arrosés de pesticides, préférer les produits de l’agriculture bio et en « circuit court », valoriser cette agriculture rémunérée à sa juste valeur, celle d’un travail de paysans qui aiment la terre, la vie. Rejeter le gaspillage, préférer la qualité à la quantité.

-Utiliser soi même des techniques sans pesticides, des produits naturels, dans les tâches quotidiennes et ménagères, pour le jardinage, au travail.

Affiche soirée pesticide du 06-04-2016 - Ois Nat-Mairie des Forges

 

 

Un mot sur les traitements antiparasitaires pour les animaux d’élevage, et pour nos compagnons-animaux qui sont également des produits dangereux pour la biodiversité.

Les traitements antiparasitaires dans les élevages sont aussi une source d’empoisonnement pour l’environnement et nous pouvons les craindre, nous aussi, particuliers qui vivons en compagnie d’animaux. Les traitements antiparasitaires en élevage sont des pesticides à forte rémanence (effet prolongé dans le temps) utilisés de façon systématique. Tout ceci est coûteux aux éleveurs, aux animaux d’élevage et à l’environnement non seulement d’un point de vue économique mais aussi du point de vue bien être. En ce qui concerne les atteintes à l’environnement, ces molécules se retrouvent dans les bouses, les crottins, et leur toxicité impacte gravement des populations d’insectes coprophages, d’oiseaux et de chauves-souris. Ces derniers sont pourtant utiles aux équilibres écologiques et rendent d’importants services aux agriculteurs!

Les solutions semblent être du côté de l’utilisation de la phytothérapie, des méthodes naturelles préventives, de l’utilisation des produits antiparasitaires ciblés aux moments critiques et ayant le moins d’effet sur l’environnement, de recherches de bien-être et d’équilibre pour les animaux et de la réduction voire de l’arrêt des traitements dans certains cas.

Lire aussi:

« Mieux raisonner les traitements anti parasitaires dans les élevages » sur le site de la communauté de communes du pays de la Saône Vosgienne et écrit en collaboration avec Natura 2000

 Mieux raisonner les traitements anti parasitaires – Les marches de Lorraine – 18-05-2015

et encore

Vers une gestion raisonnée du parasitisme des ruminants – Revue Agroenvironnement Info n°60-2015 de la LPO

 

Voir aussi nos autres articles  :

Un jardin naturel

Raticides, anti-limaces, produits antiparasitaires, prudence!

Nous voulons des coquelicots – Appel national pour l’arrêt des pesticides

 

arrow


 

Circulation et loisirs avec des engins motorisés dans les espaces naturels

 

La circulation des véhicules à moteur (automobiles, quads, motos, 4×4, etc.) dans les espaces naturels est interdite par la loi du 3 janvier 1991. Elle n’est autorisée que sur les voies ouvertes à la circulation publique, c’est-à-dire : les routes nationales, départementales et communales ; les chemins ruraux du domaine public communal.

De fait, il est interdit de circuler sur toutes les voies réputées non carrossables et impraticables par un véhicule à moteur : les sentiers pédestres, les sentiers de VTT, les layons forestiers, les lignes séparatives de parcelles,les tracés éphémères, dont les voies de débardage réservées à l’exploitation forestière…Aucune signalisation spécifique n’est requise sur ces chemins, qui sont, par leurs caractéristiques propres, fermés à la circulation.
Le maire et le préfet peuvent aussi interdire l’accès à certaines voies normalement ouvertes à la circulation. Ces restrictions doivent faire l’objet d’une signalisation claire (panneau ou/et obstacle physique visible). Un propriétaire peut également interdire l’accès des véhicules à moteur sur une voie lui appartenant.

La circulation des véhicules à moteur dans les espaces naturels peut porter gravement atteinte à la faune sauvage très vulnérable. Dès le printemps, période de renaissance et de reproduction, l’intrusion de véhicules peut occasionner des dérangements (bruit), provoquant panique et fuite de certaines espèces en dehors de leur territoire et mettant en danger un équilibre écologique. Les manœuvres des véhicules peuvent par ailleurs être responsables de la dégradation des habitats et de la flore (taillis, jeunes arbres) ainsi que l’érosion et la dégradation des sentiers.

Enfin, la pratique d’engins motorisés en dehors des voies ouvertes à la circulation fait peser des risques pour la sécurité des autres usagers de la nature comme les marcheurs, cavaliers, cyclistes, etc.

Des informations sur le site de la préfecture des Vosges :

« L’objectif est principalement de faire comprendre aux pratiquants de loisirs motorisés que les espaces naturels ne sont pas un terrain de jeu et que s’il faut, certes, respecter la liberté de circulation individuelle, il est un intérêt supérieur qui est de préserver les milieux naturels, la faune et la flore sauvages, patrimoine de tous les vosgiens. »

site web Internet Recommandations pour la circulation des véhicules à moteur dans les espaces naturels -Préfecture des Vosges 2019

Évènements sportifs – Préfecture des Vosges

 

Malgré tout dans les Vosges ces évènements ont été autorisés:

Enduro  des Monts de Vologne Mars 2019

500 motards à l’assaut de la nature le 31 mars 2019: c’est l’ « enduro des Monts de Vologne »!

Le préfet a de nouveau autorisé cette épreuve malgré les avis négatifs de ses services du « portail de l’environnement ». Et sans laisser le temps matériel au Tribunal Administratif d’instruire un recours en urgence. Cependant probablement suite à notre action en justice contre l’enduro 2018 , le préfet a durci très nettement les consignes que doivent respecter l’organisateur. En 2018, ces consignes n’avaient pas été respectées. La carte annexée à l’arrêté préfectoral 2019 montre que le circuit prévu utilise encore des sentiers non autorisés à la circulation des véhicules à moteur…Pendant que l’arrêté interdit d’emprunter ces sentiers…Cherchez l’erreur…

Le parcours passe sur de nombreux chemins non ouverts à la circulation dont celui-ci près de Champdray

Le parcours passe sur de nombreux chemins non ouverts à la circulation dont celui-ci, près de Champdray – Photo prise avant l’enduro selon le tracé annexé à l’AP.

courrier envoyé à la presse le 28 mars 2019:

Mesdames, Messieurs,
Monsieur le Préfet des Vosges vient d’autoriser le déroulement de l’ »enduro des Monts de Vologne ».
Mais il est fort probable que cet enduro n’ait pas lieu ce dimanche 31 mars !
En effet, le tracé de cet enduro, annexé en bas de l’arrêté ne respecte pas les prescriptions environnementales très strictes énoncées  en son article 9.
Et l’organisateur ne semble pas vouloir en tenir compte -comme il l’a fait l’an passé- ni des 2 avis très défavorables de la Direction Départementale des Territoires.
Les services de l’état y listent l’ensemble des problèmes posés, rappellent que l’organisateur a été verbalisé l’an passé ( l’affaire est en enquête préliminaire et ne pourra  que déboucher sur des poursuites… )
Nos 3 associations : Vosges Nature Environnement, OISEAUX-NATURE et Association de sauvegarde des Vallées et de Prévention des Pollutions, viennent de saisir Monsieur le Procureur de la République pour qu’il fasse respecter la loi en rappelant l’article 20 de l’arrêté :
« faute par les organisateurs de s’être conformés aux prescriptions ci-dessus, il sera mis obstacle à la tenue de l’épreuve ».

Elles engageront des poursuites judiciaires en cas de besoin.
500 motards dont de très nombreux venus de l’étranger où ces pratiques sont interdites, des centaines de spectateurs potentiels et marcheurs avec  tous les risques d’accidents à prévoir, un grand nombre de voisins ou touristes excédés font qu’il est grand temps de stopper ces pratiques.
« Nos forêts, notre massif, sont notre patrimoine commun, perçus comme un espace de respiration de plus en plus fréquenté en famille en quête de calme, de détente, de ressourcement. Ce sont des espaces d’une grande richesse patrimoniale mais aussi très fragiles et très vulnérables, qui ne sont pas compatibles avec ces pratiques particulièrement agressives et destructrices.
Une telle manifestation commettra inéluctablement des dommages considérables sur notre environnement. Mars est la période de nidification pour de nombreuses espèces d’oiseaux dont certaines sont protégées et rares. Un tel dérangement sera une catastrophe pour ces espèces..
Les nuisances sonores et dégradations ne se limiteront pas à la seule journée de l’épreuve. Il faut prendre en considération tous les dérangements commis lors des préparatifs, débroussaillages et repérages avant la manifestation.
Durant la compétition, outre les participants, il faut aussi prendre en compte les spectateurs qui envahissent sans scrupule le milieu naturel et sont source de dégradations et de dérangements importants.
Après la manifestation, nous pouvons craindre d’autres dégradations générées par des pratiquants attirés sur ce parcours autorisé le temps d’une compétition.
En résumé, les autres utilisateurs de la forêt, las de toutes ces nuisances sonores et dégradations en forêt, ne comprendraient pas que  celles-ci deviennent le terrain de jeu de quelques uns et que des motards soient autorisés à commettre en toute impunité les mêmes méfaits que ceux interdits par la loi.
En résumé, une telle autorisation sera perçue par de nombreux pratiquants comme un feu vert, un encouragement à ces pratiques. »
Vosges Nature Environnement (VNE), OISEAUX-NATURE et Association de sauvegarde des Vallées et de Prévention des Pollutions (ASVPP)

pdf Enduro des Monts de Vologne une autorisation préfectorale insensée et incohérent! – La lettre 2019 de Vosges Nature Environnement

site web Internet Moto: l’enduro des Monts de Vologne pris entre deux feux – Vosges Matin 29-03-2019

 

A la demande de Oiseaux Nature, L’ AMV88, Association de Maires et des Présidents de Communautés des Vosges rappelle la réglementation  dans sa revue « Bim’infos » et sur son site et nous l’en remercions:

Circulation des quads et moto de cross interdite sur les voies et chemins de randonnée - Revue AMV88 - Mars avril 2019

Circulation des quads et moto de cross interdite sur les voies et chemins de randonnée – Revue AMV88 – Mars avril 2019

« Suite aux nombreuses interrogations s’agissant des véhicules motorisés utilisés au sein d’espace naturels, voici quelques rappels :
Par principe, tous les véhicules disposant d’une motorisation (essence, diesel, électrique etc.) sont interdits de circulation dans les forêts sauf disposition contraire, et ce, même en l’absence de panneaux spécifique (article L.362-1 du code de l’environnement).
Parmi ceux concernés figure principalement :
– les motos;
– les motocross;
– les quads…
Il est de même pour les «motoneiges » (article L.362-3 du code de l’environnement) en période hivernale.
La publicité directe ou indirecte (photos, vidéos mise sur Internet notamment les réseax sociaux) ou des photos prises en contradictions avec ces interdictions est interdite (article L.362-4 du code de l’environnement).
Toute personne ne respectant pas ces règles s’expose à une contravention de 5ème classe (article R.362-2 du code de l’environnement), soit 1500€ d’amende et 3000€ en cas de récidive (article 131-13 du code pénal).
Les agents municipaux sont habilités à dresser un procès-verbal (article L.362-5 du code pénal). »
Article publié le 23/04/2019 à 08:00:00 sur le site de l’AMV88 rubrique Actualités:

site web Internet Quads, motos et espaces naturels – AMV88

 

Retrouver l’article dans les actualités:

Des motos en pleine forêt, en mars pleine saison de renouveau pour la nature, c’est possible dans les Vosges en 2019!

L’action en justice est en cours

 

 Stop aux dérangements en forêt

Enduro des Monts de Vologne avril 2018

Le 6 avril 2018, nous devons une fois de plus faire face à une décision aberrante des pouvoirs publics sachant pertinemment que cette décision engendrera la destruction de zone naturelle fragile alors que cela peut être évité. Le Préfet des Vosges, en pleine période de renouveau pour la nature, donne l’autorisation à plus de 500 motards de circuler dans la nature, les forêts, les ruisseaux aux alentours de Granges-Autmonzey, motards auxquels il faut ajouter un public de 200 (ou +) personnes!

Communiqué de presse du 6 avril 2018 : Nous demandons l’abrogation d’urgence de l’autorisation donnée par le Préfet des Vosges à l’Enduro des Monts de Vologne

Monsieur le préfet,

Ce 5 avril, nous apprenons qu’un arrêté préfectoral 922-218 signé le 3, autorise la tenue d’un enduro le 8 !
L’ENDURO DES MONTS DE VOLOGNE à Granges et dans les communes environnantes.
Jusqu’à 500 motards pourront vrombir sur 80 km en milieu naturel, le rêve pour notre nature.
La météo défavorable de ce printemps impacte cette nature. Et dans ces conditions humides, des milieux fragiles seront immanquablement altérés ainsi évidemment que les espèces qui les peuplent. Vous ne nous avez fourni aucune indications ni certitudes sur le tracé prévu d’environ 80 kms et nous n’avons donc pas pu vous fournir des éléments de réflexion…
C’est d’autant plus regrettable que l’article L123-19-1 du code de l’environnement qui «définit les conditions et limites dans lesquelles le principe de participation du public, prévu à l’article 7 de la charte de l’environnement, est applicable aux décisions (…) des autorités publiques (…) ayant une incidence sur l’environnement» n’a pas été mis en œuvre, donc pas respecté.
La plupart des 500 motards attendus viennent souvent de fort loin détruire notre fragile massif. Pour couronner le tout, le 8 avril est annoncé comme printanier. Cette fin d’hiver étant attendue par le public depuis fort longtemps, il va y avoir de nombreux marcheurs sur les sentiers, le risque est grand de voir des conflits d’usage se poser ainsi que d’évidents problèmes de sécurité.
Pourquoi n’avez-vous pas suivi les avis défavorables donnés par l’ensemble des services instructeurs du « guichet unique environnement » de la Direction Départementale des Territoires?
Il est irresponsable de la part de l’Etat d’autoriser de telles manifestations en milieux naturels alors que la pratique des loisirs motorisée y est interdite par la loi…
Il est inacceptable que les associations de protections de l’environnement n’aient pas été consultées.
Comme l’arrêté incriminé présente de nombreux points d’illégalité il sera attaqué  devant le tribunal administratif. Mais il sera malheureusement trop tard pour éviter les dégâts !
Un  recours en référé (urgence) est impossible vu les délais. Et c’est SCANDALEUX.
Quand on est mis devant le fait du prince sans recours possible, qu’en est-il de la démocratie?
C’est pour ces raisons que nous vous demandons ainsi que plusieurs autres associations, de bien vouloir abroger d’urgence cet arrêté.
Les associations :
Oiseaux Nature
Vosges Nature Environnement
SOS Massif Vosgien
Association de Sauvegarde des Vallées et de Prévention des Pollutions

pdf  Granges-Aumontzey – Environnement – Des associations dénoncent la tenue d’un enduro de moto – Vosges Matin le 07-04-2018

 

LA VOLONTAIRE prévue le 21 mars 2015 N’A PAS EU LIEU !

pdf LA VOLONTAIRE prévue le 21 mars 2015 N’A PAS EU LIEU !

 

arrow


 

La préservation des haies

Les haies plantées par l’homme bordent encore certains paysages de nos campagnes malgré les remembrements (nommés aujourd’hui « aménagement foncier agricole et forestier ») et les destructions. Ces milieux fragiles abritent une flore et une faune très diversifiées, à protéger. Le rôle de la haie n’est plus à prouver et de nombreuses études sont venues étayer les observations des paysans d’autrefois.

Une haie bien structurée – Photo Catherine Bernardin

Les haies sont de formidables lieux de découvertes

Baies de Viorne obier – Photo Catherine Bernardin

Lorsque nous nous promenons le long des chemins en suivant une haie, aubépines sureaux, alisiers, érables noisetiers, cerisiers, viornes, charmes, bourdaines, lierres et ronces, s’enchevêtrent pour offrir le gîte et le couvert  à une grande diversité d’animaux: coccinelles abeilles et bourdons profitent des fleurs toute l’année. Les oiseaux y cachent leurs nids et profitent des insectes en abondance. Renards, fouines, martres, chevreuils lièvres et blaireaux s’y cachent et les longent pour passer incognito.

Milieux de vie hautement utiles pour l’homme

les haies brisent les vents, abritent les cultures, les prairies et les maisons. Elles offrent un abri pour le bétail. De plus lors des fortes pluies, le couvert arbustif avec son réseau de racines garde l’eau et retient les sols dans les pentes. Pour l’homme se sont également des ressources de bois de chauffage non négligeables (Charme, frêne). Enfin chacun peut y cueillir des petits fruits qui font la joie gustative des petits et des grands.

 

Malheureusement encore aujourd’hui des haies et des bosquets sont détruits au profit des champs de maïs…!

La réglementation concernant la protection des haies

L’ASPAS donne une explication simple de la réglementation concernant la protection et l’arrachage des haies:

site web Internet Mon voisin agriculteur arrache la haie bordant son champ. En a-t-il le droit ? – 17/05/2019 ASPAS

Les haies sont un élément important pour la qualité de nos paysages et de nos sols, et participent au maintien de la biodiversité en accueillant de nombreuses espèces animales. Elles bénéficient donc d’une relative protection.
Le préfet peut décider de protéger les haies en interdisant leur destruction et en limitant les périodes d’élagage (sous réserve d’autorisation préalable). Les communes peuvent également les protéger au travers des documents d’urbanisme. Le non-respect de ces dispositions est alors pénalement réprimé. Il faut donc se renseigner auprès de la préfecture ou de la mairie pour connaître les règles applicables localement.
Par ailleurs, la destruction et l’enlèvement des nids et des œufs sont strictement interdits, passibles de 1 500 € d’amende si l’oiseau concerné est une espèce chassable, et de 150 000 € d’amende et de deux ans d’emprisonnement si l’espèce concernée est protégée. La destruction de haies, lieu de nidification privilégié, est donc à proscrire pendant la période de reproduction. De petits mammifères peuvent en outre être dérangés, comme le hérisson (espèce protégée) qui y trouve parfois gîte et couvert.
Des mesures incitatives existent également : les agriculteurs, pour percevoir les aides de la PAC¹, doivent respecter certaines règles relatives aux Bonnes Conditions Agricoles et Environnementales et notamment l’obligation de maintenir les haies et l’interdiction d’élaguer du 1er avril au 31 juillet.
Mais ces mesures incitatives souffrent malheureusement de nombreuses dérogations. Ainsi, sont autorisés l’exploitation du bois, la coupe à blanc et le recépage. Destruction, déplacement et remplacement sont possibles dans certaines situations, après déclaration préalable. La destruction définitive d’une haie est autorisée pour la création d’un chemin d’accès, la création ou l’agrandissement d’un bâtiment, des travaux d’utilité publique,… Le déplacement est autorisé jusqu’à une certaine distance au-delà de laquelle il est possible pour les mêmes motifs que la destruction, ou pour un meilleur emplacement environnemental de la haie. Le remplacement d’une haie est possible en cas d’éléments morts ou si l’exploitant souhaite changer d’espèces.
¹ Politique Agricole Commune

Il est donc interdit de tailler des haies et d’abattre des arbres situés dans et le long de parcelles agricoles entre le 1er avril et le 31 juillet. Cette interdiction a été instauré par le parlement européen afin de protéger la période de reproduction et de nidification des oiseaux. En cas de non-respect des dates d’interdiction, l’exploitant agricole peut voir ses aides attribuées au titre de la politique agricole commune (PAC) réduites de 3%. Mais malheureusement il existe de nombreuses dérogations.

site web Internet Arrêté du 24 avril 2015 relatif aux règles de bonnes conditions agricoles et environnementales (BCAE) – Modifié par Arrêté du 30 janvier 2020

Il faut savoir aussi que détruire les nids et les œufs d’oiseaux peut être lourdement sanctionner:

-Interdiction de détruire, de les enlever ou de les endommager: Article L424-10 du code de l’environnement

-et une interdiction et des sanctions renforcées pour les espèces protégées: Article L411-1 du code de l’environnement

 

Nous particuliers, comment pouvons nous favoriser la préservation des haies?

Fruits de fusain alias bonnet d’évêque – Photo Andrée Martinez

Pour venir en aide à notre biodiversité dont on ne cesse d’annoncer sa raréfaction, à juste titre, les propriétaires de jardins et de vergers peuvent favoriser la création d’une haie.
Quelques petits arbustes suffisent sur quelques mètres. Il est préférable de planter des essences locales et robustes comme le noisetier, le sureau, le houx, le charme, la bourdaine, le cornouiller, ou l’aubépine et le prunellier. Cette diversité offre tout au long de l’année des fleurs pour les abeilles, des fruits pour les oiseaux et parfois pour nous les humains!

Le Conseil Départemental propose:

Liste des essences utilisables pour la plantation de végétaux champêtres dans les Vosges

Le Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges met à disposition en téléchargement 2 guides pratiques:

pdf Guides pratiques Fleurs, arbres et arbustes du Nord-Est de la France

Fruits d’aubépine et prunelier Photo Catherine Bernardin

Individuellement ce que nous pouvons faire en plus de planter :

Nous pouvons veiller à la protection des haies existantes, diffuser l’information concernant l’importance de la haie, demander à nos élus de contrôler les coupes de haies et planter ou replanter des haies champêtres dans les espaces verts publics, pour assurer la relève et perpétuer la vie des haies!

A protéger également car ils sont aussi en danger, les ripisylves ( formations végétales qui se trouvent sur les bords des cours d’eau ou des plans d’eau), les alignements d’arbres en bord de chemins et de routes, les arbres isolés remarquables et les vergers traditionnels et familiaux qui, comme les haies vivantes, représentent une richesse floristique et faunistique et font partie de notre patrimoine végétal!

 

Un extrait du film documentaire: Au rythme du bocage

arrow


 

La préservation des zones humides

 

Martin pêcheur © Jacques Martin

Martin pêcheur © Jacques Martin

Les zones humides sont menacées et pourtant elle joue un rôle vital dans notre environnement: zone tampon (ruissellement, crue, érosion…), refuge pour la faune et la flore, lieu de reproduction, de nourriture, point d’eau où les animaux viennent boire…

Lire les articles du Troglo dans les numéros 28, 58 et 59, toujours d’actualité:

Les zones humides de Lorraine, Troglo spécial zone humide, plantation de phragmites au plan d’eau de Remiremont, le roseau et ses cousins, les oiseaux des roseaux

 

Un exemple d’action de Oiseaux Nature: Les mares en danger à Cornimont sont sauvées!

SOS Mare en danger de comblement à Cornimont - avril 2018

SOS Mare en danger de comblement à Cornimont

En avril 2018 nous recevions un appel à l’aide concernant des mares en cours de comblement à Cornimont. Il était urgent d’agir, ce qui a été fait par des membres de Oiseaux Nature.

Mare en Danger - Le Troglo n°130 décembre 2018

Mare en Danger – Le Troglo n°130 décembre 2018

Au printemps 2019, Les inventaires de la faune et de la flore ont été fait par l’association MIRABEL-LNE en partenariat avec Oiseaux Nature. En juin 2019, une réunion publique d’information a été proposée à tous, par les différents partenaires de l’opération. Les mares sont maintenant bien vivantes dans la carrière de Cornimont grâce à la collaboration entre les associations, la commune et les habitants impliqués dans la préservation de la nature.

Affiche appel à bénévoles inventaires faune flore sur le secteur de Cornimont- Mirabel LNE printemps 2019 Affiche réunion publique à Cornimont le 25-06-2019 Projet de renaturation mares

site web Internet Appel à bénévoles : inventaires faune et flore – Mirabel LNE 06-02-2019

 

arrow


 

La forêt, gestion durable, écologique et sociale

 

L’association Oiseaux Nature fait partie du collectif SOS forêts

Logo SOS Forêt France

SOS Forêts

facebook SOS Forêts sur facebook

Le collectif SOS Forêt France s’engage pour contribuer à élaborer et à faire adopter une autre vision de la gestion forestière et de la filière Bois qui optimise les apports sociaux, écologiques et économiques des forêts à court et long terme, pour le bien de tous, aujourd’hui et demain.

Le collectif SOS Forêts est né en en Lorraine, son but est:

                • dénoncer la politique ultra-productiviste en vigueur
                • instaurer une gestion écologique et sociale de la Forêt

L’Intersyndicale des personnels de l’ONF et les forestiers en lutte et les associations vous proposent diverses actions afin de conserver les forêts et contre une vision exclusivement économique de la forêt:

                • Rejoindre le mouvement SOS Forêts qui réunit des forestiers, des associations environnementales et des citoyens pour lutter contre la malforestation.
                • Soutenir les agents de l’ONF dans leur lutte pour préserver les forêts publiques
                • S’impliquer pour les alternatives forestières

site web Internet Réseau pour les Alternatives Forestières RAF

                • Participer au rachat de forêts gérées de façon douces

site web Internet Forêts en Vie

                • Lire pour s’informer et agir en forêt

Agir ensemble en forêt-Guide pratique, juridique et humain 2017

Agir ensemble en forêt Guide pratique, juridique et humain – Pascale Laussel, Marjolaine Boitard, Gaëtan du Bus de Warnaffe © Éditions Charles Léopold Mayer, 2017 En téléchargement sur Internet

 

Laissons les arbres morts pour la biodiversité

 

Un film qui est un support pour comprendre le problème des forêts publiques et réagir:

LE TEMPS DES FORÊTS est un documentaire sur la « mal-forestation » française, réalisé par François-Xavier Drouet. Produit en partenariat avec Télérama, Sciences et Avenir, Alternatives Économiques, Reporterre, SOS Forêt, ConsoGlobe et Au Jardin.

« Le Temps des forêts Documentaire de François-Xavier DROUET Symbole aux yeux des urbains d’une nature authentique, la forêt française vit une phase d’industrialisation sans précédent. Mécanisation lourde, monocultures, engrais et pesticides, la gestion forestière suit à vitesse accélérée le modèle agricole intensif. Du Limousin aux Landes, du Morvan aux Vosges, «Le Temps des forêts» propose un voyage au coeur de la sylviculture industrielle et de ses alternatives. Forêt vivante ou désert boisé, les choix d’aujourd’hui dessineront le paysage de demain… »

Le temps des forêts

 

La marche pour la forêt en 2018 s’est terminée par la signature d’un manifeste par des associations et organisations (voir à la fin du manifeste) pour défendre la forêt française de la spéculation:

site web Internet Manifeste de Tronçais : pour la forêt française, notre bien commun – 25 octobre 2018

 

logo Mirabel-LNE

Sur le site de Mirabel LNE, vous trouverez une page consacrée à des dossiers sur la forêt:

Forêt – Mirabel Lorraine Nature Environnement

 

Polypore du bouleau – Dessin Catherine Bernardin

 

arrow