Chasse et piégeage

 

 

Défense de la faune sauvage

…et par la même occasion, des non-chasseurs,

contre des pratiques affligeantes qui n’ont plus lieu d’être.

 

Faon de chevreuil - Dessin de Catherine Bernardin

Faon de chevreuil – Dessin de Catherine Bernardin

Page mise à jour en mai 2022

 


 

Les dernières nouvelles de notre rubrique « Actualités » concernant la chasse et le piégeage

Affiche Si vous aimez la nature comme moi-elle n'en a plus pour longtemps - chasse

 

 

 

Les sondages qui concerne la chasse sur le site de politique & animaux:

Logo Politique & Animaux

site web Internet La condition animale et l’opinion publique-chasse – Politique & animaux

 

Les abus de la chasse:

 

#Osez Parler! – ASPAS

Cruauté, agressions, insécurité : dénoncez les abus de la chasse

Osez Parler - ASPAS

site web Internet Cruauté, agressions, insécurité : dénoncez les abus de la chasse-ASPAS septembre 2020

facebook #OSEZPARLER

 

Un jour un chasseur

Six jeunes femmes ont perdu leur ami Morgan Keane, en décembre 2020, tué dans le Lot par un chasseur près de son domicile. Depuis sa disparition, elles se mobilisent sur les réseaux sociaux afin de recueillir les témoignages de comportements abusifs liés à la chasse mais surtout à la réformer.

Un jour un chasseur

facebook   https://www.facebook.com/unjourunchasseur/

twitter  https://twitter.com/unjour1chasseur

Logo Instagram  https://www.instagram.com/unjourunchasseur/

 

Union des victimes de la chasse

Témoignages Sur Les Dangers De La Chasse

Logo Union des Victimes de la Chasse

site web Internet Union des victimes de la chasse

 

Appel à témoins accidents de chasse – Animal Cross

Appel à témoins accidents de chasse Animal Cross

Appel à témoins : Vous avez rencontré une situation de danger à cause de chasseurs ou de la chasse, envers vous-même, une personne ou un animal ? Répondez au questionnaire de l’association animal-Cross

https://www.animal-cross.org/appel-a-temoins-vous-avez-rencontre-une-situation-de-danger-a-cause-de-chasseurs-ou-de-la-chasse-envers-vous-meme-une-personne-ou-un-animal-repondez-au-questionnaire/

 

Oiseaux Nature fait partie de l’Alliance des Opposant à la Chasse AOC et est membre du Rassemblement pour une France sans chasse

Logo Alliance des Opposants à la Chasse    logo RAC

 


 

Créez une réserve de chasse au bénéfice de Oiseaux Nature

C’est créer une zone de non chasse, une zone naturelle protégée, un refuge sans chasse, en résumé c’est une zone de tranquillité pour la faune sauvage et pour vous même.

 

 

Panneau Ois nat zone naturelle protégée

Vous êtes propriétaire d’un terrain ? Confiez-nous le droit de chasse qui y est attaché.
Votre terrain deviendra une zone de non chasse. La faune sauvage y sera protégée.
Vous êtes propriétaire d’un terrain dans les Vosges, gros ou petit, clos ou non et vous désirez en faire un refuge pour la faune, sans chasse, sans piège. C’est possible bien sûr car « Nul n’a la faculté de chasser sur la propriété d’autrui sans la consentement du propriétaire ou de ses ayants droits. » (article L422-1 du Code de l’Environnement).
Pour plus d’information rendez-vous à la rubrique:

AGIR > Aidez-nous  > Zone de non chasse, zone protégée, refuge sans chasse

Les nouveaux panneaux « Zone naturelle protégée » sont disponibles, contactez nous pour plus d’information.

Panneau zone naturelle protégée - Oiseaux Nature

 

arrow

 


 

Plans de chasse dans les Vosges

 

Dessin © Nicolas Meignan

Dessin © Nicolas Meignan

 

Plan de Chasse dans les Vosges 2021-2022 (de juin 2021 au mois d’août 2022):

Interdiction de la chasse à l’alouette des champs et réduction des périodes de chasse pour le vanneau huppé et la bécassine des marais, grâce à votre mobilisation!

 

Alouette des champs - Photo Jacques Martin

Alouette des champs – Photo Jacques Martin

 

Résumé chronologique de la situation:

Mai 2021

Dans les Vosges, tous les ans à cette époque, se scelle le sort de milliers d’animaux dont de nombreuses espèces en très mauvais état de conservation ou en passe de le devenir.
On ne parle que du sanglier et on ne fait RIEN pour les autres; même pas réfléchir ! On n’envisage pas de stopper le déterrage du blaireau et du renard alors que c’est possible. Alouettes, bécassines et les autres risquent d’être encore mitraillés pendant des mois !

Le projet d’arrêté relatif au plan de chasse dans les Vosges pour la prochaine saison de chasse 2021-22, est un copié collé des précédents… C’est inadmissible !

Ne restons pas les bras croisés. Parlez du problème autour de vous, écrivez, toujours poliment. Informez sur les réseaux sociaux. Déterrage, lâchers d’oiseaux de tir innombrables, tirs d’alouettes, piégeage en tout temps, tirs vers les nids de corbeaux en ce moment qui entrainent l’agonie des jeunes dans certaines villes et villages des Vosges, etc, etc. Tout cela doit cesser!

Vous trouverez ci-dessous la lettre que nous envoyons au préfet. Ces demandes sont réitérées par Oiseaux Nature tous les ans depuis plus de 10 ans sans effets pour l’instant!  Nous attendons une réaction des services de l’État:

pdf Courrier au Préfet des Vosges – Position de Oiseaux Nature concernant le plan de chasse 2021-22

La LPO régionale a adressé une demande à lire ci-dessous:

pdf Courrier Préfet des Vosges Plan de chasse 2021-22 – LPO Grand Est

et voyez aussi le communiqué édifiant de l’association Convention Vie et Nature:
pdf Communiqué du 30-04-2021 – Convention Vie et Nature

Lire aussi :
Article R424-1 Code de l’Environnement
Afin de favoriser la protection et le repeuplement du gibier, le préfet peut dans l’arrêté annuel prévu à l’article R. 424-6, pour une ou plusieurs espèces de gibier :
1° Interdire l’exercice de la chasse de ces espèces ou d’une catégorie de spécimen de ces espèces en vue de la reconstitution des populations ;

Voici quelques informations concernant 3 espèces en mauvais état dont la chasse devrait être logiquement fermée mais ne l’est pas dans le projet d’arrêté:

Vanneau huppé :
31cm (150 à 310g)
Chasse : du 19/9 au 31/01 soit 3,5 mois sans aucune restriction
Effectifs en chute libre. Présents presque partout dans les Vosges il y a 40 ans. Qui en voit encore aujourd’hui ?
Chasse interdite chez nos voisins alsaciens ;
Niche au sol dans les dernières prairies humides où il est devenu rare.
Dans les Vosges, la chasse tue les migrateurs et les rares hivernants.

Bécassine des marais :
Pas plus grande qu’un merle. 23 à 28cm
Chasse : dès le 7 août…  au 31/01
Espèce menacée ; en danger critique d’extinction, sur la liste rouge des oiseaux nicheurs de France (INPN)
Tuées dans les Vosges lors de ses migrations
Moins de 100 couples en France (niche encore dans le Doubs. A tenté récemment de « renicher » en Hte Saône, Ht Rhin, Vosges)

Alouette des champs :
17cm 36g
Chasse du 19/9 au 31/01 soit 3,5 mois sans aucune restriction
Classée sur la liste rouge nationale
Chasse interdite dans le Bas-Rhin
Migratrice. Celles de l’Europe de l’Est se font tuer quand elles descendent en oct pour hiverner
Pour les rares qui nichent encore dans les Vosges : très vulnérables car nid au sol dans les champs ou leur proximité.
Confusion avec l’alouette lulu, protégée !
Survie difficile : pesticides, mécanisation…

La vie sauvage ne peut compter que sur vous… elle ne peut pas s’exprimer !

Donnez votre avis à la consultation publique en suivant la procédure indiquée :

Accueil du site de la préfecture 88 > Politiques publiques > Enquêtes publiques et consultations du public > Enquêtes publiques Chasse :

Consultation du public concernant le projet d’arrêté relatif au plan de chasse 2021/2022

La consultation est ouverte pendant 21 jours à partir du 7 mai 2021 jusqu’au 28 mai 2021.

Déjà quelques réactions du public qui n’en croit pas ses yeux:

« Dès 2018, les Français apprenaient, par la voix de leur ministre de la Transition écologique et solidaire, que le nombre d’oiseaux en France avait diminué « de 30% en quelques années ».
D’après lui, cette situation figurait l’extinction future de la biodiversité et il demandait une prise de conscience collective et des actes immédiats. Trois ans après  cette déclaration, la situation reste figée et ce sont toujours mêmes décisions qui sont prises par la Préfecture des Vosges : une longue période de chasse sans restriction, s’en prenant notamment à des espèces d’oiseaux en voie d’extinction.
 »

« Monsieur le Préfet, je veux croire que vous aurez à cœur de vous interroger sur l’utilité réelle de cette chasse. Eu égard au déclin avéré de ces espèces, l’argument de la « régulation des populations » ne peut, bien sûr, en aucun cas être avancé, la pratique du « loisir de la chasse » apparaît choquante et honteuse. »

« Respectueux de la protection de la biodiversité, soucieux de prendre en compte un avis différent de celui des chasseurs, vous retirerez, Monsieur le Préfet, l’Alouette des champs, le Vanneau huppé et la Bécassine des marais de la liste des espèces chassables dans notre département. »

«  vous allez donner carte blanche à la Fédération des Chasseurs pour procéder à des prélèvements tout à fait inacceptables pour les trois espèces citées. Il s’agit d’espèces menacées, dont les effectifs s’effondrent au plan départemental, national et européen pour des raisons que chacun, à présent, connaît bien. »

« Il est inconcevable que l’on continue de chasser alouettes des champs, vanneaux huppés, bécassines des marais, tourterelles des bois dont l’état de conservation est lamentablement bas! A ce sujet voici les statuts de conservation alarmants de ces 4 espèces :
Alouette des champs classée sur la liste rouge des oiseaux nicheurs de France NT: Quasi menacée (espèce proche du seuil des espèces menacées ou qui pourrait être menacée si des mesures de conservation spécifiques n’étaient pas prise) https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/3676/tab/statut
Vanneau huppé classé sur la liste rouge des oiseaux nicheurs de France NT: Quasi menacé (espèce proche du seuil des espèces menacées ou qui pourrait être menacée si des mesures de conservation spécifiques n’étaient pas prise), classé EN en danger dans plusieurs régions de France https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/3187/tab/statut
Bécassine des marais classée sur la liste rouge des oiseaux nicheurs de France CR : en danger critique d’extinction https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/2543/tab/statut »

Vanneau huppé Photo Bertrand Kernel

Vanneau huppé Photo Bertrand Kernel

Le CPN les p’tits castors de Charmes a organisé samedi 22 mai 2021, une sortie : « le vanneau huppé, la Bécassine des marais et l’Alouette des champs, des espèces en fort déclin et pourtant encore chassée ».

Un article, suite à cette sortie nature :

site web Internet Des oiseaux de plus en plus rares… et pourtant encore chassés !

Bécassine des marais - Photo Bertrand Kernel

Bécassine des marais – Photo Bertrand Kernel

François Guérold, professeur à l’université de Metz/Lorraine, nous fait part de son avis à la consultation « plan de chasse »:

En ma qualité d’écologue, professeur des universités, membre du CSRPN Grand Est et du Comité Régional Biodiversité, je me permets d’apporter ici une courte contribution à la consultation du public citée en objet.
Il apparaît particulièrement surprenant que des périodes de chasse soient prévues pour différentes espèces d’oiseaux qui sont reconnues en déclin, en particulier l’alouette des champs (Alauda arvensis), le vanneau huppé (Vanellus vanellus) et de la bécassine des marais (Gallinago gallinago).
Les évaluations régulières des tendances temporelles de ces différentes espèces (par exemple programme stoc eps ; liste rouge européenne, nationale et régionale,…), montrent sans ambiguïté un déclin inquiétant des populations.
Or l’Etat français et les différentes régions se sont engagées dans une stratégie en faveur de la biodiversité afin d’enrayer le déclin de la biodiversité.  Je tiens à vous rappeler que cette stratégie est basée sur les conclusions de rapports issus de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), rapports qui fournit des indicateurs nationaux dressant un constat alarmant de l’état de la biodiversité dans le monde et en France.
C’est pourquoi le Président de la République, qui a réuni le 11 janvier 2021 à Paris un « One Planet Summit » consacré à la biodiversité, vient de donner une nouvelle impulsion à cette stratégie.
Au niveau de la Région Grand Est, cette stratégie qui se décline en 36 défis, ambitionne de protéger l’existant, reconquérir les milieux dégradés, mieux connaître pour agir, limiter les pressions, mobiliser tous les acteurs, améliorer l’efficacité et la cohérence des politiques publiques en matière de biodiversité.
De fait, il apparaît évident que l’un des premiers leviers permettant de répondre à ces défis repose justement sur l’arrêt des prélèvements d’espèces en déclin telles que les 3 espèces d’oiseaux citées précédemment.
Lors des prochaines réunions d’élaboration de cette stratégie nationale, le cas échéant, nous ne manquerons pas d’intervenir à propos des différents arrêtés préfectoraux qui en toute connaissance de cause, continuerons à contribuer au déclin de ces espèces.
En résumé, je vous demande de bien vouloir retirer ces 3 espèces de la liste des espèces chassables dans le département des Vosges.
Bien cordialement
François GUEROLD

Gilles Jacquemin, Biologiste et écologiste, retraité de l’Université de Lorraine, nous fait part de son avis à la consultation « plan de chasse »:

Monsieur le Préfet,
Parmi les oiseaux dont la chasse est ouverte dans les Vosges, il en est beaucoup qui sont en situation difficile, et pour lesquels il est évident que la chasse devrait cesser.
Au demeurant, pour tous ceux qui sont des migrateurs stricts (ou très majoritairement) dans le département, d’un point de vue éthique, il est très difficile de justifier le droit de disposer d’un « patrimoine naturel » qui ne nous appartient pas en propre.
Mais pour 3 espèces au moins, la poursuite de leur chasse est scandaleuse.
1/ Le Vanneau huppé tout d’abord. Ses effectifs en France et dans le Grand Est sont en chute libre. La Ligue de Protection des Oiseaux a montré une diminution de 21% des effectifs en 10 ans (alors que des populations localisées restent stables dans certains espaces protégés). L’oiseau nichait un peu partout il y a seulement 40 ans, dans des prairies humides, maintenant drainées, intensifiées, ou labourées. Le Vanneau huppé ne s’observe plus qu’en hivernage dans les Vosges (il nichait dans la commune où je réside dans les années 70!), mais même là il se montre fort rare et ne se rencontre plus que très sporadiquement, et en tout petits groupes. Je suis ornithologue depuis 50 ans, et j’ai pu moi-même constater à l’évidence ce recul. Comment peut-on encore le chasser dans ces conditions? Cela dépasse l’entendement.
2/ La Bécassine des marais ne niche plus que de façon relictuelle en France (en voie d’extinction comme nicheur dans le pays selon l’UICN). Elle n’est plus que migratrice dans les Vosges. Pourtant, des tentatives de nidification sont notées régulièrement. Arrêter de la chasser pourrait peut-être empêcher sa disparition définitive de France et aider à la reconstitution des ses effectifs nicheurs. Pourquoi alors continuer de la détruire?
3/ L’Alouette des champs enfin. Oiseau symbolique de nos campagnes, connue de tous et célébrées dans les comptines des enfants, elle est pourtant en forte régression, une fois encore du fait des évolutions  de l’agriculture depuis un demi-siècle. Le protocole STOC-EPS (Suivi Temporel des Oiseaux Communs par points d’écoute) a montré une diminution de 10% des effectifs nationaux sur 10 ans (18% en Champagne-Ardenne). La tendance a la baisse est forte, continue, et générale en Europe. Alors pourquoi continuer à autoriser sa chasse? Qui met encore cet oiseau à son menu de fête?
Il existe suffisamment d’espèces-gibier dont le statut est plus satisfaisant, et géré par l’ONCFS, pour permettre aux amateurs de chasse d’assouvir leur passion. Alors j’avoue qu’il m’est totalement incompréhensible qu’on continue envers et contre tout à détruire des espèces qui sont en grande difficulté dans le monde des Hommes. Je vous demande donc instamment de faire cesser cette aberration au moins pour ces trois espèces-là. Ce sera un premier pas!
D’avance merci d’avoir lu ce message jusqu’au bout.
Avec mes respectueuses salutations
Gilles JACQUEMIN
Biologiste et écologiste. Retraité de l’Université de Lorraine
Président du Conseil Scientifique du Conservatoire d’Espaces Naturels de Lorraine
Biologie des Insectes« Philopotamus »Expertise entomologique des Milieux Aquatiques

Plusieurs espèces d’oiseaux sont en voie de disparition dans le département – Vosges Matin du 21 mai 2021 https://www.vosgesmatin.fr/insolite/2021/05/21/vosges-plusieurs-especes-d-oiseaux-sont-en-voie-de-disparition-dans-le-departement

les oiseaux menacés dans les Vosges - Vosges Matin 22-05-2021

Un article de Vosges TV sur son « Fil info »:

site web Internet Un appel à contributions lancé par l’association Oiseaux Nature – ViàVosges le 20 mai 2021

Sur Vosges TV, dans le journal du 3 juin, LE DIRE ET LE FAIRE:

Le dire et le faire ViàVosges 03-06-2021

Trois naturalistes et militants: Claude Maurice membre de l’association Oiseaux Nature, François Guérold professeur d’écologie à l’université de Lorraine et Michel Munier, père du célèbre photographe naturaliste Vincent Munier, dénoncent le fossé entre les discours officiels sur la protection de la biodiversité et les actes sur le terrain. Pour exemple, près de Charmes, une zone humide et ses alentours classés natura 2000 qui disparait sous la pression humaine et le préfet des Vosges qui autorise dans le futur plan de chasse le tir d’oiseaux dont les populations sont en danger, voire menacées d’extinction, des espèces que l’on pouvait apercevoir sur ce site.

site web Internet   Le dire et le faire – ViàVosges le 03 juin 2021

Juin 2021

Vanneaux, alouettes et bécassines vous sont immensément reconnaissants du sérieux et du bien-fondé des arguments que vous avez développés lors de la consultation du public (synthèse en PJ). Chasser ces espèces en péril est-il encore acceptable ? Le décalage entre les discours et les actes des pouvoirs publics est énorme. C’est bien le nombre et la qualité de ces contributions qui motivent Ois-Nat et l’aident à saisir le Tribunal Administratif dès maintenant.

Retrouvez l’arrêté, la synthèse et les motifs de la décision sur le site de la préfecture:

https://www.vosges.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Chasse-peche/Chasse/Quand-et-comment-chasser

Août 2021

Suite à votre belle mobilisation, vanneau huppé et bécassine des marais voient leur période de chasse réduite par le Préfet.

site web Internet Arrêté n°274/2021/DDT du 05/08/2021 portant modification de l’arrêté n°192/2021/DDT du 31 mai 2021

Les dates de la chasse à la bécassine des marais et du vanneau huppé sont respectivement modifiées comme suit du 15 octobre 2021 au 31 décembre 2021 (bécassine des marais) et du 1er novembre 2021 au 31 décembre 2021 (vanneau huppé) au lieu du 19 septembre au 31 janvier pour les deux espèces.

Mais ce n’est pas ce que nous avions demandé car c’est totalement insuffisant. L’arrêté est donc déféré devant le tribunal.

Logo Troglo Oiseaux-Nature 3kb  Bécassine et vanneau: la chasse, ça suffit! – Le Troglo n°139 pages 29 à 33

Nous sommes heureux de vous annoncer que la chasse à l’alouette des champs est pour la 1ère fois interdite dans les Vosges pour 2021-2022, suite à la décision du juge du Tribunal Administratif de Nancy, saisi par Oiseaux Nature:

pdf Ordonnance du 18 août 2021 TA Nancy – Chasse à l’alouette suspendu 2021-22

Comment est-ce possible que l’état défende l’indéfendable jusque devant un juge : laisser tirer sur des petits oiseaux dont l’espèce va mal ?

Cette décision fait suite notamment à votre mobilisation pendant la consultation du public à laquelle 108 personnes ont répondu et argumenté, MERCI !

Les chasseurs vont tout faire pour la remettre en cause, n’en doutons pas.

La chasse aux alouettes interdite cette saison

site web Internet La chasse aux alouettes interdite cette saison – Vosges TV le 16 septembre 2021

Publié le Jeudi 16 Septembre 2021
La chasse aux alouettes est désormais interdite dans les Vosges pour toute la saison de chasse qui débute ce dimanche.
La décision a été prononcée en août dernier par le tribunal administratif de Nancy suite à une requête déposée par l’association Oiseaux Nature qui demandait depuis plus de 5 ans la suspension de cette pratique.
L’arrêté préfectoral n°192/2021/DDT du 31 mai 2021 concernant la prochaine saison de chasse qui prévoyait le tir des alouettes sans aucune restriction pendant 132 jours (4,5 mois) n’est donc plus valable.
L’association Oiseaux Nature souhaite ainsi préserver l’espèce précisant que les effectifs d’alouettes des champs est en constante diminution depuis des années. Elles figurent même aujourd’hui sur la liste rouge des oiseaux de France avec le statut d’espèce quasi menacée. Elle ajoute que « cette année, la plupart des nichées, au sol, ont été noyées par la météo catastrophique du mois de mai. »
Anne Didier

Lire aussi cet article de Vosges Matin du 26-09-2021, « La justice vole au secours de Oiseaux Nature »:

La justice vole au secours de Oiseaux-Nature - Vosges Matin 28-09-2021

https://www.vosgesmatin.fr/culture-loisirs/2021/09/26/vosges-la-justice-vole-au-secours-de-oiseaux-nature-pour-l-alouette-des-champs-et-le-renard

Décembre 2021

On pouvait s’attendre à ce que le site de la fédération de chasse des Vosges soit mis à jour concernant la suspension de la chasse à l’alouette par le tribunal administratif de Nancy. Eh bien non, pas le moindre rectificatif! Nous avons donc assigné la FDC88 devant le tribunal judiciaire d’Épinal et demandons réparation des préjudices subis.

Logo Troglo Oiseaux-Nature 3kb La  fédération départementale des chasseurs des Vosges bientôt au tribunal – Le Troglo n°139 page 47

Chasse à l’alouette interdite, la Fédération de chasse assignée devant le tribunal judiciaire d’Épinal.

site web Internet Chasse à l’alouette interdite, la Fédération de chasse assignée devant le tribunal judiciaire d’Épinal – Vosges Télévision le 13 décembre 2021

Publié le Lundi 13 Décembre 2021
L’interdiction de la chasse aux alouettes n’est pas mentionnée sur le site de la Fédération de chasse des Vosges, c’est même une information contraire qui est communiquée. C’est pour cette raison que l’association Oiseaux nature a demandé une assignation devant le tribunal judiciaire apès une constatation par huissier.
Pour l’association Oiseaux nature, la Fédération de chasse 88 a failli à sa mission de service public, en « passant sous silence volontairement ou par négligence mais aussi en laissant figurer de fausses informations sur son site internet ». Ce dernier mentionne en effet qu’au 13 décembre, la période de chasse aux alouettes est autorisée.
Nous avions fait part de cette interdiction de chasser les alouettes il y a quelques mois déjà suite à une décision prononcée en août dernier par le tribunal administratif de Nancy.
Claude Maurice, membre de l’association Oiseaux nature, précise que « si le chasseur lit les arrêtés, il n’a pas connaissance de cette interdiction; s’il se fie uniquement au site internet de la fédération, non plus ».
La date d’audience est fixée au 5 mai 2022, l’association « espère qu’il y aura une modification pour l’ouverture de la chasse l’année prochaine ».
La Fédération de chasse des Vosges n’a pour l’heure pas souhaité s’exprimer sur le dossier, il est donc difficile de savoir si cette interdiction est respectée ou non sur le terrain.
L.Buchler

 

 

 

Les plans de chasse précédents:

pdf Plan de chasse dans les Vosges 2020-21

pdf Plan de chasse dans les Vosges 2019-2020

pdf Plan de chasse dans les Vosges 2018-2019

 

arrow

 


 

La « gestion » calamiteuse des populations de sangliers par les chasseurs

 

A poser sur votre vélo, voiture, sac à dos…

Il y a environ 40 ans les chasseurs pour leur loisir, ont lâché dans la nature des sangliers d’élevage. C’est interdit aujourd’hui mais les chasseurs continuent à faire en sorte d’avoir toujours « sous le fusil » ce gros gibier en abondance ce qui leur permet de continuer à chasser sans trop de difficulté. La chasse aux sangliers, en plus d’être cruelle (voir le nombre important d’animaux sauvages blessés non retrouvés, voir aussi comment ils sont achevés), c’est aussi absurdité, contradiction et « non dit » car bien sûr c’est cette chasse qui est responsable* des surpopulations de sangliers et ces derniers en font tragiquement les frais. Les chasseurs appellent cela régulation, en fait ils veillent à avoir toujours une réserve de sangliers, tous plus gros les uns que les autres, à abattre pour leur loisir. Mais ces apprentis sorciers de l’écologie sont maintenant dépassés et leur soi-disant « gestion » est un échec.

*voir l’agrainage qui permet une meilleure reproduction, le nourrissage en tout genre, l’élevage/croisements, les tirs sélectifs, la chasse commerciale et les séjours très lucratifs de chasse au grand gibier qui importent en France des sangliers…

La France un vaste élevage de sanglier, entretenu par les chasseurs, vous voulez savoir comment c’est possible:

« …Encore trop de grosses laies de plus de 50 kg sont tirées, ce qui compromet la reproduction de l’espèce !… »

site web Internet Le sanglier sa gestion est entre vos mains FDC du Doubs

 

Un mois de plus pour détruire:

site web Internet Décret n° 2020-59 du 29 janvier 2020 relatif à la période de chasse du sanglier en France métropolitaine

Mais non, vous ne rêvez pas : un mois de plus pour chasser… pardon « gérer les populations de sangliers »…Les préfets, avec cet arrêté ministériel, pourront faire le choix d’un plus grand dérangement de la nature déjà fragilisée et en pleine période de renouveau … On ne doute pas du choix incohérent qui sera fait dans un grand nombre de départements par les chasseurs…oups… par le préfet. La période de chasse pour ces pauvres sangliers peut maintenant aller du 1er juin  jusqu’au 31 mars sans parler des battues administratives contre les sangliers et la possibilité aux agriculteurs de demander des tirs et ceci toute l’année !

 

La chasse aux sangliers, la « chasse gardée » des chasseurs…

Un arrêté relatif au piégeage du sanglier  fait grincer des dents les chasseurs, il semble qu’ils perdent la main sur leur « joujoux ».

site web Internet Les chasseurs piégés par les sangliers ! ASPAS 30/09/2020

site web Internet Arrêté du 2 novembre 2020 relatif au piégeage du sanglier

Dans certains départements, Les sangliers peuvent être classés  espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (ESOD ex « nuisibles » groupe 3 avec les lapins de garenne, les pigeons ramiers) par un arrêté préfectoral annuel. Entre garder du « gibier » pour la saison de chasse et garder leur image de bienfaiteur au service de la population, les chasseurs hésitent…

 

L’agrainage des sangliers dans les Vosges

On le sait, l’agrainage est une fausse solution, un moyen détourné pour maintenir une population élevée de sangliers à tirer, à tuer (les chasseurs diront « à réguler »).

 Le 5 mars 2020, le Préfet des Vosges signait un arrêté fixant à titre exceptionnel les modalités de l’agrainage de dissuasion du sanglier dans le département des Vosges qui indique entre autres que l’agrainage est interdit en zone de montagne toute l’année et remet les pendules à l’heure quant à la réglementation de l’agrainage.

La fédération de chasse ne le voit pas de cet œil et à plusieurs fois, a demandé la modification de cet arrêté le 12 avril 2021 puis le 27 octobre 2021: Courrier à Monsieur le Préfet : demande de prolongation de l’agrainage

Notre position, quant à l’agrainage, est celle-ci:

Comme pour tout animal, un apport d’alimentation favorise sa fécondité ainsi que le taux de survie des jeunes. Si cet apport est effectué avec du maïs, il incite les animaux à en rechercher là où il abonde. S’il s’agit, comme c’est le cas ici pour le sanglier, d’un animal classé « nuisible », l’opération devient totalement incohérente, sauf si on souhaite élever des sangliers. Cet élevage de sanglier est une calamité pour la flore et la faune et nous l’avons souvent souligné. Les sangliers y compromettent les jeunes plantations et les nichées au sol de nombreuses espèces dont les tétraonidés pour lesquels de nombreux efforts avec Plans d’Actions sont en cours pour tenter d’éviter leur extinction.

Nous sommes donc totalement opposés à toute forme d’agrainage des sangliers.

Ainsi, nous avons donc envoyé ce courrier à Monsieur le Préfet:

pdf  Lettre au Préfet de Oiseaux Nature concernant la pratique de l’agrainage – le 01-11-2021

Lettre au Préfet de Oiseaux Nature concernant la pratique de l'agrainage - 01-11-2021   Lettre au Préfet de Oiseaux Nature concernant la pratique de l'agrainage - 01-11-2021 - 2

 

Dessin Catherine Bernardin

 

Pour en savoir plus au sujet de la chasse au sanglier et la soi-disant « régulation »:

site web Internet La chasse au sanglier : histoire d’une escroquerie nationale – Pierre Rigaux 06-08-2020

site web Internet La vérité sur les sangliers – ASPAS 27/01/2020

site web Internet Le cas du Sanglier : des vérités qui pourraient bien vous retourner – Animal Cross 19-09-2019

site web Internet Fiche Le sanglier – RAC (Rassemblement pour une France sans Chasse)

site web Internet  “Invasion sangliers” : trois raisons de revoir le documentaire de France 3 – 11-02-2019

 

 

arrow


 

Les espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (ESOD anciennement « nuisibles »)

L’association Oiseaux Nature, qui œuvre dans les Vosges depuis plus de 40 ans à la défense de la nature, est opposée à l’existence de listes d’espèces susceptibles d’occasionner des dégâts qui ne sont fondées que sur une vision électorale et politique des problèmes environnementaux et non sur des arguments et connaissances scientifiques.

Ainsi, les espèces prétendument qualifiées dans un langage parfaitement technocratique de « susceptibles de causer des dégâts », ont un rôle primordial dans le bon fonctionnement de nos écosystèmes. Malheureusement les services rendus par ces animaux ne sont jamais pris en compte : régulation des rongeurs par le renard, la fouine, la martre, la belette, le putois, consommation des larves de hannetons par les corvidés, élimination des cadavres par les espèces charognardes, dissémination de glands qui favorise la régénération naturelle des chênes dans nos forêts par le geai des chênes, etc. Pour une partie, les dégâts qui sont signalés sont plutôt des désagréments évitables et compensés par les bénéfices apportés par les animaux pointés et qui en plus sont passés sous silence parce que invisibles au moment des faits.

Nous redoutons que sur le terrain, les termes «susceptibles d’occasionner des dégâts» ne changent rien au massacre de ces animaux pour lesquels les seuls points de vue de l’administration, des chasseurs et des piégeurs sont des éléments à charge le plus souvent très discutables. Effectivement, depuis quelques temps de nombreuses incitations à déclarer des dégâts sont faites par les fédérations de chasse, les associations de piégeurs et les syndicats d’agriculteurs, par tous les moyens de communication à leur disposition. Ils créent ainsi un besoin inutile voire lucratif alors que des solutions alternatives peuvent être mises en place. Oiseaux Nature a démontré depuis des années devant les tribunaux administratifs que les arrêtés préfectoraux anciennement « nuisibles » étaient vides du point de vue scientifique.

A l’heure où nos voisins européens évoluent dans leur pratique de la chasse et dans leur relation à la nature, la France s’enfonce encore un peu plus dans l’obscurantisme et la négation des réalités du fonctionnement des écosystèmes et de la nature.

Le texte ci dessous a été écrit au moment du changement de dénomination « espèces susceptible d’occasionner des dégâts » (ESOD) / « espèces nuisibles ». Malgré cela cette information est toujours valable et d’actualité, rien n’a changé si ce n’est le vocabulaire.

pdf Qu’est-ce qu’un nuisible – fb Oiseaux Nature·- Mercredi 21 novembre 2018

 

L’arrêté ESOD 2019-2022:

L’Arrêté Ministériel du 30 juin 2015 (abrogé) fixant la liste des espèces dites « nuisibles » ( arrêté prorogé jusque juin 2019 par le décret n° 2018-530 du 28 juin 2018 article 7) est arrivé à sa fin en 2019. Le ministère de la transition écologique et solidaire a demandé à chaque Direction Départementale des Territoires (DDT) de proposer une liste d’espèces de la faune sauvage indigène susceptibles d’occasionner des dégâts (termes insidieux qui remplacent le terme « nuisible » non sens écologique et scientifique ) pour la période 2019-2022.

site web Internet Arrêté ministériel du 3 juillet 2019 pris pour l’application de l’article R. 427-6 du code de l’environnement et fixant  la  liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts

(Dans cet arrêté l’enfumage des terriers de renard n’apparait plus comme moyen de destruction)

site web Internet ANNEXE Arrêté ministériel du 3 juillet 2019 – Rectificatif

La liste ESOD nationale (groupe 2): Les belettes, les fouines, les martres, les putois, les renards, les corbeaux freux , les pies bavardes, les corneilles, les geais des chênes, les étourneaux sansonnets. Il existe aussi et malheureusement 2 autres listes* qui concerne des espèces sauvages dites « invasives » (groupe 1) et des espèces dont le statut est revu tous les ans par les chasseurs/préfets (groupe 3)

La liste pour les Vosges a été proposée par les chasseurs (comme pour les autres départements), après quelques réunions – réunions dont l’essentiel des membres est juge et partie puisque chasseurs et piégeurs – spécialement dédiées pour cela en Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage (CDCFS),  par la Direction Départementale des Territoires (DDT ) et signée par le préfet, sur la base de fiches de dégât douteuses.

pdf Comment et par qui notre faune vosgienne est-elle gérée – fb Oiseaux Nature le 14-11-2018

La liste ESOD à ce jour pour les Vosges: Les renards et les fouines, les corbeaux freux, les corneilles noires, ces 4 espèces pour l’ensemble du département.

Fouines toute l’année, pièges (uniquement à moins de 250 mètres d’un bâtiment, d’un élevage ou d’enclos de pré-lâchers de gibier), tirs

Renards toute l’année, pièges, déterrages, tirs

Corbeaux freux et corneilles noires pièges toute l’année – tirs entre la date de clôture générale de la chasse et le 31 mars au plus tard possible prolongation jusqu’au 10 juin et 10 juillet – Le tir dans les nids de corbeaux freux ou dans les nids de corneilles noires est interdit.

N’oublions pas que les tirs de renards et corbeaux hors période de chasse, comme l’autorise l’arrêté, permettent aux chasseurs de continuer leur saison de chasse après la fermeture comme ils aiment à le proclamer sur Internet et dans les médias. Quant au piégeage, pratique cruelle et barbare , c’est une activité pour piégeurs et chasseurs très spéciale qui ne propose pas d’alternative et pour cause…elle s’autodétruirait très rapidement ainsi que  l’étiquette de « grand protectorat salvateur » dont elle s’affuble. In fine, le grand secret de polichinelle c’est que les chasseurs piégeurs protègent avant tout « leur gibier d’élevage » proie malheureusement  et naturellement facile pour les prédateurs. Mais le plus grave c’est que jusqu’ici, ni le ministère, ni les administrations ne veulent écouter les appels et les alertes des associations de défense de l’environnement, des scientifiques, des observateurs sur le terrain qui dénoncent l’immense perte de la biodiversité – dont des espèces qui sont et seront sur les listes « noires » – et démontrent les bénéfices apportés par ces mêmes espèces.

 

 

Un peu de réglementation concernant le classement et la « destruction » des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts:

-L’arrêté du 1er août 1986 réglemente entre autres, les armes à utiliser ou pas:

site web Internet Arrêté du 1 août 1986 relatif à divers procédés de chasse, de destruction des animaux nuisibles et à la reprise du gibier vivant dans un but de repeuplement (version au 20/11/2020)

L’arrêté du 2 août 2012 la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces classées « nuisibles » a été abrogé le 5 juillet 2015

Le décret du 23 mars 2012 relatif aux espèces d’animaux classés « nuisibles » toujours en vigueur, précise la procédure de classement des espèces d’animaux classées nuisibles ou susceptibles d’être classées comme telles et les moyens de destruction des animaux des espèces classées nuisibles.

site web Internet Décret ministériel du 23 mars 2012 relatif aux espèces d’animaux classés « nuisibles »

La circulaire  du 26 mars 2012 présente les modalités de mise en œuvre de la procédure relative au classement des espèces d’animaux « nuisibles ».

site web Internet Circulaire du 26 mars 2012 relative à des modifications du code de l’environnement et à la procédure de classement des espèces d’animaux nuisibles

(Attention, dans cette circulaire l’enfumage des terriers de renards existe toujours, interdit maintenant)

Depuis l’entrée en vigueur de la loi biodiversité du 8 août 2016, le régime juridique des espèces soi-disant « nuisibles » a été modifié:

-Les listes des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts et les motifs de classement:

1° Dans l’intérêt de la santé et de la sécurité publiques ;
2° Pour assurer la protection de la flore et de la faune ;
3° Pour prévenir des dommages importants aux activités agricoles, forestières et aquacoles ;
4° Pour prévenir les dommages importants à d’autres formes de propriété

Et un cinquième motif est ajouté pour la destruction de « spécimens d’espèces non domestiques » dans le cadre des chasses, battues et piégeages:

5°Pour des motifs qui comporteraient des conséquences bénéfiques primordiales pour l’environnement.

site web Internet Article L427-6 du code de l’environnement

-le remplacement du mot « nuisibles» par « susceptibles d’occasionner des dégâts» :

site web Internet Décret n° 2018-530 du 28 juin 2018 portant diverses dispositions relatives à la chasse et à la faune sauvage

Le terme « nuisible » est remplacé mais le terme de destruction est toujours présent; la volonté d’un réel changement pour une véritable protection de la biodiversité ne s’est donc pas appliquée jusqu’au bout. Ces espèces qui soi-disant occasionnent des dégâts  et pour lesquels bien souvent des solutions non tuantes peuvent être trouvées, doivent être reconnues avant tout, comme ayant un rôle positif dans les écosystèmes au même titre que d’autres espèces sauvages.

 

*Les autres listes/groupes :

Certaines espèces dites « invasives » peuvent être «espèces non indigènes d’animaux classés nuisibles» selon l’arrêté ministériel du 2 septembre 2016: Les chiens viverrins, les visons d’Amérique, les ratons laveurs, les ragondins et les Bernaches du Canada. groupe ou catégorie 1)

site web Internet Arrêté du 2 septembre 2016 espèces non indigènes d’animaux classés nuisibles sur l’ensemble du territoire métropolitain

Certaines espèces figurant sur une liste ministérielle peuvent être classées « nuisibles »/susceptible d’occasionner des dégâts, par arrêté préfectoral annuel: les lapins de garenne, les pigeons ramiers et les sangliers.(groupe ou catégorie 3)

site web Internet Décret n°2012-402 du 23 mars 2012 relatif aux espèces d’animaux classés nuisibles

 

 

En fin d’année 2018, Oiseaux Nature a mené des actions auprès du public et du préfet pour dévoiler l’horreur du piégeage et pour qu’aucune des espèces classées ESOD « ex-nuisibles » au niveau national, n’apparaisse sur la liste concernant les Vosges.

pdf Lettre de Oiseaux Nature au Préfet des Vosges concernant le classement des dits « nuisibles » le 03-12-2018

Voici la réponse du Préfet des Vosges à notre lettre du 3 décembre 2018, à l’ordre du jour: évitement du sujet qui fâche, refuge derrière des banalités, et surtout un parti pris évident concernant les « éléments objectifs ». Nous répétons encore une fois que nous émettons des doutes quant aux fameuses fiches de dégâts renvoyées en préfecture par les chasseurs/piégeurs et qui servent de base aux listes de classement ESOD « ex-nuisibles » et qui seraient ces éléments objectifs!

réponse du Préfet le 04-01-2019-1 - liste "nuisibles" chasse piégeageréponse du Préfet le 04-01-2019-2 - liste "nuisibles" chasse piégeage

 

En juin 2019 Oiseaux Nature envoie au ministre une lettre, toujours d’actualité :

Lettre ouverte, le 4 juin 2019

Monsieur le Ministre de la Transition écologique et Solidaire,

Notre message, à la fois court et très fort, est porté par des milliers de Vosgiens et Vosgiennes. Il concerne le dossier de classement des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (ESOD), auparavant appelé « dossier nuisibles », dont les arrêtés sont en cours d’étude par vos services. Il ressort, tout d’abord, que les atteintes inutiles à la biodiversité, la souffrance animale générée par les pièges, dont aucun n’est d’ailleurs sélectif, deviennent intolérables et sont rejetées par une très large majorité des citoyens. Or, tout prochainement, vous risquez de signer une décision lourde de conséquences concernant le piégeage dans les Vosges. Peut-être est-il encore temps pour vous d’éviter une erreur manifeste d’appréciation.

En effet, nous pouvons affirmer publiquement, preuves à l’appui, que ce dossier pourrait être considéré par le juge administratif comme étant truqué. Il est aussi inéquitable et d’une totale inefficacité, ce que tous les naturalistes et scientifiques qui étudient les espèces concernées vous confirmeront. Nous utilisons le terme truqué car ce dossier est fondé sur :

-des fiches de dégâts empilées par l’administration sans aucun regard critique et qui, en l’état, sont non recevables juridiquement et, plus grave encore, non vérifiées concernant l’espèce jugée «responsable»de dégâts;

-des cartes de répartition des espèces réalisées de manière tout particulièrement aléatoire, avec des données empilées sur 4 ans pour mieux noircir les cartes et donner une impression de dégâts massifs;

-des cartes de répartition des dégâts, avec des données empilées sur 4 ans, dans le même but de donner une ampleur injustifiée à des dégâts qui, en définitive, s’avèrent peu nombreux.

Ce dossier est par ailleurs manifestement inéquitable :

-il a été intégralement et uniquement instruit à charge concernant les espèces visées.

Aucune prise en compte des aspects bénéfiques de leur présence n’est effectuée (rôle primordial d’auxiliaire de l’agriculture pour le renard par exemple).

-Les remarques du représentant d’Oiseaux-Nature à la Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvages «nuisibles» n’ont pas été prises en compte, pire encore, elles ont été déformées, édulcorées ou oubliées dans le compte rendu de séance. Dans quels buts ?

Enfin, les conséquences des solutions préconisées dans ce dossier, c’est-à-dire tuer et piéger les espèces mises en cause, sont inefficaces : Détruire ces animaux sauvages après avoir oublié de prendre des mesures de prévention est incohérent et surtout inutile.

Concernant la fouine et le renard, nous avons les preuves que la prévention fonctionne, alors que le piégeage échoue année après année. Aussi, nous vous proposons les remarques suivantes :

-Concernant la fouine :

En 2009 ; 2010 ; 2011 ; 20126 décisions consécutives du Tribunal Administratif de Nancy ont conduit à ce que la fouine ne soit pas classée nuisible dans l’arrêté ministériel de 2012/2015. Ainsi, jusqu’en 2015 soit durant 6 années, la fouine, bien qu’elle soit restée toujours chassable, n’a plus été détruite au titre de «nuisible» dans les Vosges et ce, sans conséquences négatives pour l’Homme, bien au contraire. Les données n’ont pas varié et nous vous demandons, à ce titre, de ne pas classer la fouine «nuisible»/ESOD dans les Vosges dans votre prochain arrêté.

-Concernant le Renard :

Le grand public ne supporte plus la lutte acharnée et injuste qui lui est faite en tout temps, nuit et jour, par vagues de froid ou sécheresse, sans aucune justification sérieuse… et sans résultats. Les agriculteurs sollicitent de plus en plus les associations de chasse afin qu’il ne soit plus tué ou piégé dans leur secteur, compte tenu de son rôle de prédateur de micro-rongeurs qui empêche ainsi les dégâts faites aux cultures. Enfin, des études récentes ont démontré qu’il limite, de par son rôle de prédateur de micro-mammifères, la prolifération de la maladie de Lyme. Nous vous demandons par conséquent de ne pas classer le renard «nuisible»/ESOD dans les Vosges dans votre prochain arrêté.

-Concernant les Corvidés :

Les appels de gens scandalisés se multiplient, horrifiés par les tirs de mai-juin, à proximité des nids, sur les jeunes oiseaux dans les colonies. Il est possible de lutter contre les soucis posés par les corvidés autrement. Nous vous demandons de ne pas classer ces oiseaux «nuisibles»/ESOD dans les Vosges, hormis pour les cas des rares communes dans lesquelles il y a eu des fiches de dégâts, dûment authentifiées.

En résumé, ce qui nous incite à vous écrire, ce sont les remarques du public vers lequel nous sommes allés tous ces mois derniers, notamment lors des manifestations que nous avons organisées (Epinal, Rambervillers, etc…) contre le piégeage. Il va de soi que nous continuerons à l’informer de façon précise. Vous ne pouvez plus tenir un double discours de préservation de la biodiversité et du respect de l’animal d’une part et d’autre part signer des arrêtés de destruction massive là où c’est évitable. Nous vous remercions par avance de bien vouloir prendre en compte nos arguments et nous serons, bien entendu, très attentifs à la suite que vous donnerez à ce dossier.

Nous vous prions de croire à l’expression de nos respectueuses salutations

Pour Oiseaux-Nature

Les Vice-présidents

La Réponse…:

Réponse nuisibles présidence de la république à Oiseaux Nature 13-06-2019 chasse piégeage

arrow


 

Le piégeage, une pratique barbare et cruelle

 

En France des espèces sauvages peuvent être tuées parce qu’elles sont susceptibles d’occasionner des dégâts (ESOD)! Il faut savoir que ce «classement» ESOD est basée sur des fiches de dégâts, dégâts qui seraient causés par les espèces en question. Le problème c’est que ces fiches sont, pour la plupart, douteuses: non datées, non signées, non validées, difficilement lisibles et avec des montants fantaisistes concernant ces dégâts!

Et puis il faut savoir aussi que pour le propriétaire, remplir une fiche de « dégâts » quelle que soit l’espèce, comme le demandent les piégeurs/chasseurs ne sert à rien. Aucune indemnisation n’est prévue, seuls les agriculteurs ont droit à indemnité. Personne n’indemnise les propriétaires de forêts abîmées par les cerfs. Idem pour les sangliers: personne n’indemnise les particuliers qui ont pelouses parcs ou cultures dévastés. Les collectivités publiques dont les terrains de foot, cimetières parfois, sont retournés, en sont également pour leurs frais.

Des milliers de mammifères sauvages et d’oiseaux (dont le seul tort est d’essayer de survivre en s’adaptant tant bien que mal aux activités humaines qui elles ne sont pas du tout ou trop peu adaptées à la préservation de la vie sauvage, du moins ce qu’il en reste) seront ainsi anéantis tous les ans par tirs en période de chasse et le reste de l’année sur autorisation préfectorale, par piégeage et par déterrage toute l’année ! Ces espèces ne connaitront donc aucun répit.

Qu’est ce qu’une « espèce susceptible d’occasionner des dégâts » (anciennement nuisible)?

Les espèces «ESOD» auraient des comportements naturels dont les conséquences poseraient des problèmes aux activités humaines… La contradiction c’est que les problèmes sont souvent une conséquence des actions humaines, par exemple les lâchers de « gibier » d’élevage sont des proies faciles pour les renards, les renards deviennent alors pour les chasseurs, des espèces à exécuter, piéger et déterrer. Les chasseurs « 1er écologistes » ignorent que: »Sur notre planète, chaque espèce s’inscrit dans un écosystème dans lequel elle joue un rôle, une fonction spécifique, et participe de toutes relations s’établissant entre les espèces en présence (proie/prédateur par exemple) (humanité et Biodiversité). »

 

Quel est le sort réservé à ces espèces ?

Ces animaux seront « détruits »!… « Destruction » terme que l’on trouve dans les textes officiels, terme utilisé aussi pour les déchets! – de jour comme de nuit, toute l’année.

Destruction par piégeage: Piège – cage, non sélectif, tout animal sauvage protégé ou pas, tout animal domestique y entre. Presque tous en meurent de stress, de faim, de la main du piégeur lorsqu’ils n’ont pas agonisé de longues heures. Pièges à mâchoires, en X, à lacets, souffrances, stress assurés, au mieux le piégeur intervient, au pire, la pauvre bête s’enfuit amputée ou meure après des heures de supplice.

Destruction par déterrage: longues heures de stress, et d’agonie pour les renards et renardeaux.

Destruction par tirs: renards presque toute l’année même quand il y a des jeunes au fond des terriers; corbeaux, corneilles, même au moment des nids, les oisillons mourront de faim.

Renard piégé chasse piégeage

Terreur dans le regard de ce renard

 

Pour quelles raisons le piégeage existe-t-il en France?

Des particuliers cherchent à se débarrasser de l’animal qui crée des troubles (volailles tuées, isolation abîmée…). Cette action est totalement inutile car un animal tué sera tôt ou tard remplacé par un autre ! Seule solution durable : réfléchir à ses installations (poulailler, isolation) de façon à rendre les intrusions impossibles (Voir nos pages « Cohabiter avec… « ). En effet, de même qu’il faut protéger ses fraisiers du chevreuil ou du sanglier, ainsi que ses volailles des chiens errants, il faut bien évidemment protéger ses biens de potentielles dégradations. Ceci permet le respect de la vie sauvage et de ces animaux qui par ailleurs rendent gratuitement de grands services en consommant les rongeurs. Nous avons de grands regrets pour le renard dont la persécution est inutile, de façon aussi cruelle qu’absurde sans tenir compte du rôle très positif que l’espèce joue et pour la fouine envers laquelle la population a appris à préserver ses biens depuis de nombreuses années.

Un renard mort? merci les gars! signé les 6000 souris que le renard s'apprêtait à manger dans l'année - ©La Hulotte

Image © avec l’aimable autorisation de La Hulotte

Passionné de piégeage, obnubilé par l’idée de détruire le « nuisible », le piégeur/chasseur est persuadé d’être à lui seul un service public. Les piégeurs font ainsi croire aux gens qu’ils leur rendent service, ce qui est FAUX ! En fait, les piégeurs ne sont sûrement pas des sauveurs, ils entretiennent ce mythe en faisant passer l’idée qu’il n’y a pas d’autre solution…Quant aux chasseurs ils veulent éliminer les prédateurs naturels qui se régalent des faisans, perdrix, proies faciles élevées en poulailler et relâchées pour être tirées.

 

Pourquoi dire NON au piégeage?

-Le piégeage c’est inutile:

Le piégeage peut et doit toujours être évité car il ne règle jamais les problèmes à moyen ou long terme. Un autre animal prendra la place vide laissée par l’animal tué. Et si pour certaines espèces, les animaux ne sont pas «remplacés», leur population déclinera créant ainsi un déséquilibre insidieux dans la nature avec toutes ses conséquences. Le renard, les mustélidés, les corvidés ont leur place dans nos campagnes ce sont des prédateurs auxiliaires de l’agriculture qui ne prolifèrent pas si on ne les nourrit pas. Ce sont aussi des animaux dits « éboueurs de la nature » pour certains. De tous les temps les piégeurs se sont acharnés contre les renards, or il y en a toujours autant ! Comme indiqué précédemment, La prévention doit être la règle, c’est la seule solution efficace. Des arguments vérifiés ci dessous:

Le Corbeau et le Renard ou la nécessité de réformer les stratégies de régulation des animaux dits nuisibles - Alerte presse du 10 juillet 2020 MNHM

site web Internet Pour une réelle évaluation des stratégies de gestion des « nuisibles » – CRBPO info du 6 juillet 2020

 

-Le piégeage c’est cruel:

Souvenez vous de la fouine aux 4 pattes sectionnées! L’animal sauvage souffre comme tout autre animal domestique. Une femelle tuée au printemps c’est toute une portée qui va mourir de faim. Comme les pièges tuants, les soi-disant non tuants provoquent des blessures et bien souvent la mort lente des animaux. Se dédouaner en disant qu’un piège est non tuant cache une réalité sordide et la fin sera toujours la même pour l’animal.

Renard piégé - Photo ASPA

pdf Le piégeage cruel, non sélectif, inutile, un déni du respect de la vie, cette renarde en est un exemple – Juin 2017

 

-Le piégeage c’est non sélectif et dangereux:

Des oiseaux protégés, des blaireaux, des chats sauvages, des hérissons, des chats, des chiens, etc… se font prendre dans les pièges, les pièges sont aveugles et douloureux, leurs contrôles (obligatoires) sont le plus souvent aléatoires. Les piégeurs disent qu’ils relâchent les espèces non cibles, en fait ces espèces pour la plupart ne survivront pas au piégeage. Souvenez vous de la fouine aux 4 pattes sectionnées, souvenez vous aussi de la buse aux 2 pattes coupées (ci dessous) par un piège. Ces animaux ont agonisé longuement et combien d’autres protégés, non protégés, domestiques (voir plus loin notre paragraphe sur le « piégeage et animaux domestiques ») se retrouvent ainsi blessés, le plus souvent agonisants sans être soulagés. Le nombre est certainement très élevé trop élevé, les contrôles pratiquement inexistants facilitent ce massacre.

Grand Duc Remiremont novembre 2019

site web Internet Le grand duc d’Europe n’a pas survécu à ses blessures – Vosges Matin Samedi 2 novembre 2019

Les pièges à mâchoires mutilent - Vosges Matin 28-05-2017

pdf Les pièges à mâchoires mutilent – Vosges Matin 28-05-2017

 

-Le piégeage c’est moyenâgeux, sans base scientifique:

Des renardeaux à l'école...Le Troglo 121- février 2014

Des renardeaux à l’école…la suite sur notre page actions en justice

C’est une pratique qui nie l’éducation des jeunes au respect de la vie, et qui méconnait le fonctionnement des écosystèmes. Les espèces dites ESOD s’avèrent en fait être fort bénéfiques à la collectivité et à l’agriculture.

Une fiche de présentation sur le piégeage par l’ONCFS en 2015. Sous la pression d’associations, la phrase « c’est simple, utile et amusant » a été retirée

 

-Les véritables raisons de l’existence du piégeage:

Lors de parties de chasse au « petit gibier », des milliers d’animaux de tirs sont lâchés. Quand vous saurez que les territoires concernés sont préalablement « nettoyés » de toute « vermine »* par tir et piégeage, vous comprendrez qu’il s’agit d’informations ultra-sensibles dont les chasseurs ne sont pas fiers. Nous pouvons influer sur ces faits intolérables. nous devons tous savoir combien d’animaux sont concernés et quels sont les animaux. La transparence est indispensable pour que la démocratie et la confiance puissent s’installer.
*chats, mustélidés, renards et autres animaux friands de proies inadaptées et sans défenses.

Lire à ce sujet cet article:

site web Internet Quatre cadres de la fédération des chasseurs mis en examen pour destruction d’espèces protégées – Ma commune.info Ed Haut Doubs 2013

Chat forestier © Fabrice Cahez

Les espèces protégées, comme par exemple ce chat sauvage, paient aussi un lourd tribu au piégeage

 

Le piègeage est réglementé par des textes officiels

 Le piégeage n’est pas une activité de chasse…c’est une activité de « destruction » mais les deux se recoupent…

site web Internet Arrêté du 29 janvier 2007 fixant les dispositions relatives au piégeage des animaux classés nuisibles en application de l’article L. 427-8 du code de l’environnement. (version au 20/11/2020)

-L’utilisation des pièges ayant pour effet d’entraîner la mort de l’animal par noyade est interdite depuis l’arrêté du 5 mars 2019

-L’usage de produits toxiques est formellement interdit dans les actes de « destruction »: Article 4 du décret du 23 mars 2012 malheureusement cela ne signifie pas que tous les toxiques soient interdits à la vente, et encore bien des accidents arrivent, visibles chez les animaux domestiques (chiens, chats empoisonnés…)

-Aucun piège n’est sélectif. Des espèces protégées et domestiques sont aussi piégées et le plus souvent y laisse leur vie comme toutes les autres espèces.

L’article R427-13 du code l’environnement n’est pas appliqué parce que inapplicable sur le terrain…Et puis les pièges à mâchoires et bien d’autres pièges interdits existent toujours même s’ils ne sont plus en vente et continuent d’être utilisés.

Article R427-13 du code l'environnement - pégeage

« Ces pièges doivent être sélectifs par leur principe ou leurs conditions d’emploi. »

Les types de pièges:

Arrêté du 1 août 1986 relatif à divers procédés de chasse, de destruction des animaux nuisibles et à la reprise du gibier vivant dans un but de repeuplement (version au 20/11/2020)

Voir en annexe de l’arrêté du 1er aout 1986 la longue liste des pièges…comme longue est, l’agonie des animaux piégés.

 panneau attention aux pieges

Agréé, le piégeur se sent donc investi d’une «mission» : piéger, piéger, tirer et piéger encore, poser des collets ou déterrer. La réglementation n’est certainement pas respectée à ce sujet (autorisations, relevés, carnet de piégeage, etc…). C’est facile, les contrôles sont quasi-inexistants! Oiseaux-Nature avec votre aide, compte bien rappeler que la loi existe et qu’elle EST INCONTOURNABLE.

Tout piégeur ne peut détruire dans les Vosges que les animaux classés ESOD par l’arrêté ministériel du 3 juillet 2019, valide jusqu’en juin 2022.  Le piégeur doit relâcher immédiatement et sur place tous les autres animaux capturés. Un piégeur ne peut piéger n’importe où. Il doit disposer d’autorisations, ne peut utiliser que certains types de pièges.

Nous rappelons  que selon les dispositions du Code de l’Environnement: le piégeur ne doit pas recevoir de rémunération:
Article R427-8 Modifié par Décret n°2018-530 du 28 juin 2018 – art. 4 (version au 20/11/2020)

« …Le délégataire ne peut percevoir de rémunération pour l’accomplissement de sa délégation. »

 

 

Piégeage des animaux domestiques

 

le piégeage une pratique cruelle pour nos animaux SVPA1-2015   Le piégeage une pratique cruelle pour nos animaux SVPA2-2015

Le piégeage une pratique cruelle pour nos animaux – SVPA

Témoignage de vétérinaire des Vosges concernant le piégeage sur animal domestique

 

Au sujet du statut juridique de l’animal sauvage

Piéger un animal domestique est condamnable, piéger un animal sauvage l’est bien moins. L’animal sauvage est doté du statut de «res nullius» (choses qui n’appartiennent à personne et dont l’usage est commun à tous – article 714 du code civil) ainsi que du statut de «biens qui n’ont pas de maître» (article 713 du code civil) pour ceux qui ne sont ni « gibier », ni protégés. Les animaux sauvages en liberté, qui ne sont pas protégés par la loi, ne sont donc pas reconnus comme des êtres sensibles. Ils peuvent être blessés, capturés, maltraités, piégés, mis à mort à la chasse et par piégeage mais rassurez vous le gouvernement assure réfléchir au bien être de l’animal sauvage non captif.

site web Internet Article 515-14 du code civil – Créé par LOI n°2015-177 du 16 février 2015 – art. 2
Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens.

site web Internet Article L214-3 du code rural et de la pêche maritime
Il est interdit d’exercer des mauvais traitements envers les animaux domestiques ainsi qu’envers les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité.
Des décrets en Conseil d’Etat déterminent les mesures propres à assurer la protection de ces animaux contre les mauvais traitements ou les utilisations abusives et à leur éviter des souffrances lors des manipulations inhérentes aux diverses techniques d’élevage, de parcage, de transport et d’abattage des animaux.
Il en est de même pour ce qui concerne les expériences biologiques médicales et scientifiques qui doivent être limitées aux cas de stricte nécessité.

site web Internet Article 521-1 du code pénal – Modifié par Ordonnance n°2006-1224 du 5 octobre 2006 -art. 6
Le fait, publiquement ou non, d’exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

Logo Troglo Oiseaux-Nature 3kb Le statut de l’animal en France Le Troglo n°122 de septembre 2014 pages 10 et 11

 

Contactez-nous si vous êtes témoin de piégeages d’animaux protégés, domestiques où tout autres espèces. Prenez des photos.

 

A lire, toujours d’actualité, de notre ami Gérard Charollois:

« …Car, comment peut-on dissocier l’animal domestique et l’animal sauvage, au regard de leur sensibilité ?
Pourquoi un loup, un renard, un blaireau seraient dépourvus de sensibilité, alors que chien, chat et cheval seraient des êtres sensibles ?
En refusant que l’animal sauvage soit préservé des « actes de cruauté », le lobby chasse avoue implicitement que ses pratiques constituent des actes de cruauté. »

site web Internet Des députés obscurantistes- Lettre de Gérard Charollois du 21 mars 2015

 

D’autres infos concernant le piégeage:

Sur les sites des associations Animal-Cross et ASPAS

 

En fin d’année 2018, Oiseaux Nature a mené des actions auprès du public et du préfet pour dévoiler l’horreur du piégeage et pour qu’aucune des espèces classées ESOD « ex-nuisibles » au niveau national, n’apparaisse sur la liste concernant les Vosges.

   Manifestation à Epinal contre le piégeage des animaux dits nuisibles - Vosges Matin 02-12-2018

pdf Epinal Nature Manifestation à Épinal contre le piégeage des animaux dits nuisibles – Vosges Matin 02-12-2018
Des photos et une vidéo du rassemblement contre le piégeage sur notre page: Photos, Vidéos & Radios

 

Petition Oiseaux Nature pour dénoncer les pratiques du piégeage

Pétition:  Je suis contre le piégeage! – Oiseaux Nature Décembre 2018 – Cliquez sur l’image

 

arrow

 


 

La chasse à courre – La vénerie

 

La pratique de la chasse à courre est d’un autre âge. »…une loi créée pour une minorité contre la volonté de la majorité ! » Cela suffit!

« La vénerie (chasse à courre) fait partie intégrante de notre patrimoine culturel, elle contribue depuis plusieurs siècles à son rayonnement. Les veneurs sont les dépositaires d’une tradition séculaire inestimable. Maintenir ce patrimoine permettra aux générations futures de vivre les joies immenses de la chasse à courre….On dit que le combat est inégal entre l’animal et l’équipage..Faux! Ce sont les chiens et eux seuls qui chassent. » (Livre blanc de la vénerie extraits)

La vénerie ou grande vénerie concerne la chasse à courre à cor et à cri et la petite vénerie concerne la chasse sous terre ou déterrage. Elle est réglementé par l’arrêté ministériel du 18 mars 1982 modifié au 21 février 2014. Nous parlons ici seulement de la chasse à courre. Vous trouverez des éléments concernant le déterrage sur notre page: Cohabiter avec le blaireau

La chasse à courre est un déni de démocratie et une soi-disant « tradition » violente et cruelle à l’instar de la corrida. Présentée comme « un art de vivre » par des  nobliaux d’un autre âge, suivis par « des hommes à terre » qui sont considérés comme des sortes de valets à tout faire par les premiers, cette chasse n’est rien d’autre que l’apprentissage de la brutalité et du plaisir à faire souffrir un être plus faible que soi.

84% de français sont opposés à cette pratique  selon le sondage IFOP/Fondation Brigitte Bardot

Pour en savoir plus:

site web Internet AVA Abolissons la Vénerie Aujourd’hui

site web Internet Chasse à courre : un loisir cruel et obsolète – Animal Cross

web La chasse à courre, loisir sanguinaire d’un autre temps – ASPAS 29-01-2020

web One Voice -Chasse à courre : terreur dans nos campagnes

web La chasse à courre – RAC

Abolissons la chasse à courre

 

Souvenez vous, petit peuple, vous étiez invités à une chasse à courre dans les Vosges:

Chasse à courre au renard - Vosges Matin dimanche 12 Mars 2017

A une telle invitation, la réponse ne s’est pas fait attendre: neuf membres de différentes associations de protection de la faune sauvage ont répondu présents.

px

Drôle de pays où l’on contrôle des défenseurs de la nature et des animaux, animés d’intentions pacifiques, et où la défense du vivant, la lutte contre la cruauté sont réprimés, alors que l’arrogance et le mépris à la hauteur de la brutalité exercée par ce soi-disant loisir sont valorisés.

En vérité, la chasse à courre au renard consiste à le pousser « à ses fins » et épuisé , IL FINIT SOUS LES CROCS DE LA MEUTE.

Renardeaux Photo © Fabrice Cahez

© Fabrice Cahez

Voir la pétition Non à la chasse à courre dans les Vosges

arrow