Chasse et piégeage

Défense de la faune sauvage…et des non-chasseurs contre des pratiques qui n’ont plus lieu d’être.

 

Faon de chevreuil-Dessin de Catherine Bernardin

Faon de chevreuil-Dessin de Catherine Bernardin

 

 


 

Les dernières nouvelles

Janvier 2017, mises à jour mars 2017, avril 2017, juin 2017

Le piégeage, une activité nuisible à faire cesser!

L’utilisation de pièges, une pratique tuante inutile, non sélective et cruelle

La grosse colère de Willy

Petit peuple, vous étiez invités à une chasse à courre dans les Vosges, signez la pétition!

Consultation publique sur la chasse dans les Vosges pour la période 2017-18

Offre promotionnelle : le permis gratuit!

Petit peuple, vous étiez invités à une chasse à courre dans les Vosges, début mars.

Nouvelle consultation publique: des dispositions cynégétiques nuisibles jusqu’au bout

Renards en Lorraine

La défense du renard s’amplifie

La chasse aux voix des chasseurs est ouverte

Vague de froid en janvier 2017: Ois Nat demande l’arrêt de la chasse

S’il vous plait regardez ce film: Chasseur, tueur, imposteur.

Une lettre en cette fin d’année 2016

Un braconnage d’ortolans et de pinsons dans les landes mis à jour, bonne nouvelle !

Vous avez dit : « les chasseurs sont les meilleurs défenseurs de l’environnement »…?

La notion d’espèce «nuisible» supprimée ou seulement un tour de passe-passe sémantique?

Chasse en cours ou « Promenade en cours », la nature confisquée, sur Radio Gué Mozot

Grande manifestation contre la chasse à Paris le 1er octobre: le film de la manif.

Grandes manifestations nationales pour sortir de la chasse et du piégeage dans toute la France

Suite de la consultation publique concernant la chasse (2016-17) dans les Vosges

Mobilisation pour l’alouette des champs

Pétition pour l’abolition de la chasse

Piégeage – Attention danger!

Rassemblement pour sortir de la chasse et du piégeage – Octobre 2015

Chasse, septembre 2015

Liste des soi-disant « nuisibles ». Vite, mobilisez-vous ! juin 2015

 

arrow


 

Donnez votre avis aux consultations publiques

Janvier 2017

 

Manifestons notre désaccord concernant des projets d’arrêté qui envisagent la destruction d’espèces sauvages alors que notre biodiversité ne cesse de décliner encore et encore.

 

Ne nous démobilisons pas, nos avis sont encore trop rarement pris en compte mais l’imposture de ces décideurs d’arrêtés mortifères est de plus en plus visible. Plus nous la dénoncerons plus la vérité sera incontournable: La faune sauvage a toute sa place dans les équilibres écologiques, des méthodes alternatives aux destructions inutiles existent et doivent être mises en place.

 

Sur notre site Oiseaux Nature vous pouvez trouver des arguments pour étayer vos avis aux consultations publiques sur les pages « Cohabiter avec… »  et la page « Chasse piégeage » mais aussi sur le blog spécialement dédié à cela:

 

web http://www.consultationspubliques.aves.asso.fr/

« Le blog « Consultations publiques » est proposé par l’association AVES France, avec l’aide précieuse de Philippe Charlier. Il est dédié aux consultations publiques concernant les espèces blaireau, renard, loup et les corvidés.

Vous y trouverez toutes les informations sur les consultations publiques en cours, les argumentaires pour vous aider à y répondre ainsi qu’un suivi des consultations passées.

Donnons notre voix à ceux qui n’en ont pas. »

 

Renarde photo Annie Barthélémy

Manifestez votre refus au massacre de notre patrimoine sauvage dans les campagnes et les villes

 

arrow


 

 

Plan de chasse dans les Vosges en 2017-18

 

Mai 2017:

La synthèse concernant le projet d’arrêté portant ouverture et clôture de la chasse pour la période 2017/2018 est en ligne sur le site de la préfecture:

web http://www.vosges.gouv.fr/Publications/Consultation-du-public/Synthese-le-projet-d-arrete-portant-ouverture-et-cloture-de-la-chasse-Campagne-2017-2018

L’arrêté préfectoral:

pdf Plan de chasse dans les Vosges pour la période 2017-18

 

Avril 2017 :

CHASSE, le Préfet nous demande à nouveau NOTRE AVIS concernant le nouveau projet d’arrêté préfectoral pour le plan de chasse 2017-18: DONNONS-LE !

POUR AGIR:

1) Allez sur le site de la Préfecture des Vosges > Publications > Consultations du public >

Cliquez sur: 

Projet d’arrêté relatif au plan de chasse du gibier dans le département des Vosges pour la campagne 2017/2018

Le projet:

Projet d’arrêté relatif au plan de chasse du grand gibier, et aux plans de gestion du sanglier et du petit gibier, portant ouverture et clôture de la chasse dans le département des Vosges — Campagne 2017/2018

2) Donnez votre avis dès maintenant en suivant les consignes indiquées sur le site de la préfecture, par écrit ou par mail.

La consultation est ouverte du 11 avril au 1er mai 2017.

Participez avec vos propres mots. Motivez-votre avis par des témoignages, des expériences, des souvenirs, vos intérêts, votre profession, etc…

3) Envoyez copie de votre avis par courrier ou mail à oiseauxnature@free.fr

4) mobilisez vos proches – faites circuler l’information.

 

Nous pouvons faire changer les choses ! C’est MAINTENANT.

Chers amis des oiseaux, des animaux, vous êtes la voix de milliers d’animaux sauvages qui vont être une fois de plus massacrés dans le plus grand silence (sauf celui des armes qui assourdissent nos balades en forêt et en campagne une grande partie de ‘année) et la complicité de nos autorités.

Nous vous demandons d’agir encore et encore et nous vous en remercions.

Répondre aux consultations publiques n’est pas inutile, cela nous fait du bien, procure du travail et permet aux idées de tolérance et bienveillance de faire leur chemin et d’ouvrir l’horizon à d’autres points de vue concernant notre rapport à la nature…Pour le changement, il faut évidemment du temps et nous participons ainsi à ce qui arrivera demain.

A titre d’information voici le point de vue de l’association Oiseaux Nature au sujet du plan de chasse dans les Vosges pour la campagne 2017-18:

Alouette : La situation de l’alouette des champs s’est encore dégradée et les prélèvements par la chasse, même minimes comme l’affirment sans le prouver les chasseurs,  peuvent être très préjudiciables à  l’espèce. Nous demandons au préfet d’imposer à ceux qui tuent de prouver que leurs destructions ne posent pas de problèmes à l’espèce. En attendant, il est demandé de fermer la chasse à l’alouette des champs, oiseau « quasi menacé » sur la liste rouge nationale depuis 2016 alors qu’elle était auparavant classée « en préoccupation mineure »

Pour plus d’infos, voyez la rubrique: Mobilisation pour l’alouette des champs

Perdrix grise : Pour la survie des derniers individus indigènes de cette espèce dans le département, nous demandons les mêmes dispositions que pour l’alouette.

http://vigienature.mnhn.fr/page/perdrix-grise

Bécassine des marais : De plus en plus rare dans le département, « en danger critique » sur la liste rouge des oiseaux nicheurs, sa préservation s’impose immédiatement par un moratoire sur sa chasse.

Blaireau : Depuis de nombreuses années, nous renouvelons – appuyés par plus de 18 000 signatures papier- la demande d’arrêt de la chasse et du déterrage de cette espèce comme c’est le cas, depuis 2003, dans le Bas-Rhin. SUIVONS L’EXEMPLE ! Les arguments sont clairement explicités et connus dans l’intitulé de cette pétition visible sur ce site : Cohabiter avec le blaireau

Renard : Dans un premier temps, Oiseaux-Nature demande de repousser la date d’ouverture de juin à la date de l’ouverture générale en s’appuyant sur les arguments développés dans la plaquette éditée par le Collectif Renard Grand Est. En effet, la chasse débute en juin, alors que les jeunes ne sont pas sevrés, jusque fin février et vénerie sous terre jusque fin mars (c’est à dire 10 mois de chasse!) + tirs, piégeages, enfumages et déterrages toute l’année (liste « nuisibles »).

Pour plus d’infos, voyez aussi notre page: Cohabiter avec le renard

Animaux de tir : (animaux d’élevage lâchés par les chasseurs afin de servir de cible, sous couvert de repeuplement! ) Oiseaux-Nature est hostile à cette pratique bien cachée et très répandue de lâcher d’espèces exogènes. Nous demandons des précisions concernant les lieux, dates et effectifs  des lâchers pour chacune des espèces concernées ainsi que l’origine de ces animaux.

Et puis  toutes les autres espèces…Malheureusement il y a tant à dire … ! La chasse loisir où l’activité consiste à tuer des animaux sauvages n’est plus tolérable de nos jours. Nous avons tous en tête les images de massacres d’éléphants, rhinocéros, baleines, etc…espèces emblématiques d’une biodiversité qui s’effondre et disparait et cela nous affecte et nous révolte à juste titre. DANS L’INDIFFÉRENCE, des millions d’animaux sauvages (ONCFS – Revue Faune sauvage N° 310 Supplément – Enquête nationale sur les tableaux de chasse à tir – Saison 2013-2014) de nos campagnes et de nos forêts sont tués chaque année en France à la chasse, sans parler des animaux blessés non retrouvés, du piégeage (listes soi-disant espèces « nuisibles »), des espèces soi-disant envahissantes, du braconnage, des dérogations sur les espèces protégées. Cela nous devons le faire savoir!

Refusons aussi la chasse par temps de neige et par grand froid qui dure plusieurs semaines.

Demandons, au nom du droit à la sécurité et au droit à bénéficier des bienfaits de la nature en toute tranquillité, une journée sans chasse par semaine, le dimanche, jour le plus favorable au plus grand nombre d’entre nous.

 

Nos enfants, vos enfants comptent sur nous. MERCI

 

Faon © Fabrice Cahez

Faon © Fabrice Cahez

 

arrow

 


 

Plan de chasse dans les Vosges en 2016-17

 

Avril 2016

 

NOUVEAU : Chasse, le Préfet vous demande votre avis ! DONNEZ-LE !

Et faites fermer la chasse au blaireau, à l’alouette …

 

Chers amis des oiseaux, des animaux, nous vous demandons d’agir. MERCI

Blaireau : l’ignominie du déterrage continue dans les Vosges.

Dans le Bas-Rhin, depuis longtemps, on ne chasse plus le blaireau.  SUIVONS L’EXEMPLE !

 

Alouette : elle subit pesticides, mécanisation… ET LA CHASSE EN PLUS !

Dans toute l’Alsace, on ne la tire plus. OISEAUX-NATURE a demandé cette mesure, gratuite et à effet immédiat dans les Vosges. Faudra-t-il que la toute dernière meure pour réagir ? Pour elle, du 20/09 au 31/01/2016 sont prévus 134 j de chasse. Demandez : 0 jours de chasse.

Voyez la rubrique: Mobilisation pour l’alouette des champs

 

Renard : la chasse débute en juin, alors que les jeunes ne sont pas sevrés, jusque fin février et vénerie sous terre jusque fin mars (10 mois de chasse!) + tirs, piégeages, enfumages et déterrages toute l’année.

Autres espèces :…Malheureusement il y a tant à dire … !

 

Juillet 2016

 

Le Syndicat des Alouettes, Blaireaux, REnards, dit « SABRE », collectif en voie de développement, et les autres vous remercient du fond du cœur d’avoir donné votre avis.

Mais ils sont atterrés : aucune remarque n’a été prise en compte et les massacres sans limites vont continuer.

Bilan de cette consultation :

Le positif : vos avis, très pertinents, intelligents, argumentés et souvent touchants ont été également très nombreux. Ils compteront dans l’avenir, n’en doutez pas.

 

Le négatif :

  • La consultation ne s’est pas déroulée dans les règles prévues par la loi.
  • De plus, des infractions ont été commises par la mise en ligne de données personnelles.
  • Enfin, la synthèse des avis semble sortir tout droit du bureau des chasseurs.

 

Ça fait un peu beaucoup et ne doit pas se reproduire.

Aussi, dès la rentrée, vous serez informé(e)s des suites qui seront données à ces faits répréhensibles. Vous saurez aussi comment, si vous le souhaitez, vous pourrez vous y associer.

 

En tout cas, ce premier pas va en appeler d’autres. Cette destruction sans limites de la faune sauvage par une minorité et avec le soutien de l’administration doit cesser.

 

Voici ci dessous, la décision du préfet ainsi que les motifs de cette décision et la synthèse, faite par la préfecture, des avis des défenseurs de la faune sauvage:

 

pdf Synthèse de observations à la consultation et motifs des décisions du préfet

Arrêté préfectoral 538/2016 relatif au plan de chasse dans le département des Vosges – Campagne 2016-2017

 

Et puis lisez cet article éclairant du journal Vosges Matin:

Des menaces qui pèsent sur la chasse et les chasseurs – VoM du 24-04-2016

 

Octobre 2016

 

En septembre 2016 l’association envoie une lettre suite à la décision du préfet de prendre l’arrêté sans aucune modification qui aurait pu tenir compte des avis des 114 citoyens qui ont proposés des arguments motivés:

 

pdf Lettre de Oiseaux Nature au préfet au sujet des motifs et de la décision du préfet concernant le plan de chasse 2016-17

 

Lire aussi le résumé de notre action plan de chasse 2016-17 dans le Troglo n°127 d’avril 2017:

Troglo Ois-Nat Alouette, ils te plumeront!

 

 

arrow


 

Plan de chasse dans les Vosges 2015-2016

Septembre 2015

 

Une fois de plus voici un exemple du non-sens du classement de certaines espèces animales en espèces «gibier». Dans les Vosges… voici où nous en sommes de la décision consternante concernant le classement de certaines espèces d’oiseaux. Rappelons que leurs populations s’effondrent! : Alouette des champs : 45 à 50 g ; bécassine des marais : 80 à 120g, perdrix grise, et tous les autres n’ont qu’à bien se tenir !
L’arrêté concernant le plan de chasse 2015-16 dans les Vosges a été pris suite à la mise à disposition du projet au public afin d’y émettre des observations.

Voici un extrait de ces observations:
« Lors de la réunion de la CDCFS du 3 avril 2015,…
– l’association Oiseaux-Nature a alerté sur la situation de la perdrix grise exsangue dans le département des Vosges ;
– la FDCV a informé que les prélèvements par la chasse de cette espèce sont quasi inexistants dans le département des Vosges ;
– quelques groupes d’intérêts cynégétiques (GIC) procèdent à des relâchers pour tenter de reconstituer l’espèce et effectuent des opérations de comptage ;
– l’association Oiseaux-Nature a formulé des demandes pour instaurer des moratoires sur la chasse de certaines espèces (interdiction temporaire de prélever par la chasse) en invoquant le principe de précaution pour préserver ces espèces de leur disparition ; l’administration a répondu qu’elle ne se positionnera sur ces demandes qu’à la lumière d’éléments factuels (indices d’abondance, prélèvements par la chasse, etc.) permettant d’appréhender la situation de ces espèces et d’estimer les risques réels de leur disparition ; le département des Vosges ne cherchera pas à se différencier des autres départements sans raison valable. »

 

Juin 2015

 

Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage du 3 avril 2015 :

La commission départementale de la chasse et de la faune sauvage donne des recommandations aux DDT et préfectures en ce qui concerne les « campagnes de chasse ». Oiseaux Nature siège à ces commissions ainsi que de nombreux représentants du monde cynégétique.


Voici la Position d’Oiseaux Nature lors de cette commission :
Personne n’ignore que les populations d’alouettes des champs sont exsangues. Il en est de même des populations de bécassines des marais et des perdrix grises indigènes.

Lisez notre article :

pdf Un avenir pour nos perdrix grises? – Oiseaux-Nature – Vom 26-10-2010

 

C’est pourquoi comme chaque année Ois Nat demande l’arrêt de la chasse de ces espèces et en appelle aux décideurs pour agir, comme le propose le code de l’environnement.

 

De même et en plus pour des raisons éthiques, Ois-Nat demande l’arrêt de la chasse-déterrage du blaireau ainsi que la chasse du renard alors que c’est la période de reproduction et vu la pullulation des campagnols.

 

Espèces Période de chasse Remarques
Blaireau du 20/09/2015 au 31/03/2016 Plus de 6 mois de chasse et déterré même par temps de neige
Renard Du 01/06/2015 au 31/03/2016 10 mois de chasse et déterré même par temps de neige
Alouette des champs du 20/09/2015 au 31/01/2016 Soit plus de 4 mois de chasse. L’oiseau menacé pèse une trentaine de grammes !
Perdrix grise du 20/09 /2015 au 14/12/2016 Des milliers de ces pauvres bêtes sont lâchées en catimini de leurs poulaillers pour être exterminées peu de temps après.

 

S’y ajoutent des pratiques hautement condamnables : on ouvre la chasse à la perdrix rouge, aux faisans vénérés, animaux ne vivant pas dans notre département. Ceci pour permettre les massacres de milliers d’animaux de tirs n’ayant aucune chance de subsister à l’état sauvage. Et sur la commune de Hadol, on piège les renards parce qu’un chien peut-être aurait détruit pour 800€ de ces pauvres bêtes (animaux de tirs).

 

Résultats: Les pouvoirs publics restent sourds à ces arguments !

 

Malgré les résultats de la consultation publique sur le site de la préfecture des Vosges, l’arrêté a été pris le 19 mai 2015:

pdf Observations et motifs concernant l’Arrêté relatif au plan de chasse 2015-16 dans les Vosges

 

pdf Arrêté 290/2015 DDT relatif au plan de chasse du grand gibier et au plan de gestion du sanglier, portant ouverture et clôture de chasse dans le département des Vosges-Campagne 2015-2016

Comme son nom ne l’indique pas, vous trouverez dans cet arrêté  le sort qui est fait au soi-disant petit « gibier » (dont le renard, le blaireau…), les oiseaux de passage, les oiseaux d’eau.

 

arrow


 

Le procès en sorcellerie des soi-disant « nuisibles »

Juillet 2015, mises à jour octobre 2015, novembre 2016

 

…et le nouvel Arrêté Ministériel du 30 juin 2015 dit « nuisibles »

Le projet d’arrêté fixant la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces d’animaux classées (soi-disant) « nuisibles » du 1er juillet 2015 au 30 juin 2018 a été soumis à la consultation publique du 29/05/2015 au 21/06/2015.

Voyez les commentaires de la consultation, les motifs et la synthèse:

web Consultations publiques du MEDDE: Arrêté Ministériel « Nuisibles » 2015

pdfLes motifs de la décision

pdfLa synthèse de la consultation publique

 

Mais de qui se moque-t-on? 65,53 % d’avis défavorables contre la destruction des “nuisibles”, contre le piégeage et la chasse et malgré ceci l’arrêté ministériel a été pris et permet de continuer à tuer les fouines, renards, etc… la faune sauvage notre patrimoine naturel.

 

pdf Arrêté Ministériel du 30 juin 2015 fixant la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces d’animaux classées « nuisibles »

Dans les Vosges les espèces renard, fouine, corbeau freux et corneille noire se retrouvent sur cette liste dite « nuisible » et pourront être détruits sur l’ensemble du département!

-Fouines toute l’année, pièges tirs

-Renards toute l’année, pièges déterrages tirs

-Corbeaux freux et corneilles noires pièges toute l’année – tirs entre la date de clôture générale de la chasse et le 31 mars au plus tard prolongation jusqu’au 10 juin et 10 juillet

Pour plus de précisions se reporter à l’Arrêté Ministériel.

Nous ne perdons pas espoir, cette consultation montre combien les arguments peu crédibles des chasseurs et piégeurs ne sont plus entendus par la population. Ils ne sont plus qu’une arrière garde bien fragilisée, désuète et essoufflée…

 

La réglementation concernant la destruction des soi-disant « nuisibles »

 

-L’arrêté du 2 août 2012 la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces d’animaux classées « nuisibles » a été abrogé le 5 juillet 2015 à la suite du nouvel arrêté

 

-Le décret du 23 mars 2012 relatif aux espèces d’animaux classés « nuisibles » précise la procédure de classement des espèces d’animaux classées nuisibles ou susceptibles d’être classées comme telles et les moyens de destruction des animaux des espèces classées nuisibles.

pdf Décret ministériel du 23 mars 2012 relatif aux espèces d’animaux classés « nuisibles »

 

-La circulaire  du 26 mars 2012 présente les modalités de classement des espèces « nuisibles », vous y trouvez notamment les listes des espèces soi-disant « nuisibles »

pdf Circulaire du 26 mars 2012 relative à des modifications du code de l’environnement et à la procédure de classement des espèces d’animaux nuisibles

 

-Des articles du code de l’environnement:

pdf Article R427-6 du code de l’environnement – listes et motifs classement des espèces « nuisibles » – version au 4 février 2016

Un cinquième motif est ajouté pour la destruction des espèces non domestiques à l’article L427-6

pdf Article L427-6 du code de l’environnement – motifs destructions d’espèces non domestiques – version au 28 décembre 2016

 

 

Rappelons les faits qui ont menés à ce nouvel arrêté:

La fouine est chassable mais n’a plus été détruite au titre de «nuisible» pendant 9 ans dans les Vosges et ceci jusque juin 2015.

En 2006, une décision de la Cour Administrative d’Appel de Nancy a annulé l’arrêté préfectoral qui la classait « nuisible ». Ensuite, les nombreuses décisions du TA ont conduit à ce que la fouine ne soit pas classée dans l’arrêté ministériel de 2012, donc pendant 3 ans de plus. Pendant tout ce temps la population a appris à préserver ses biens des problèmes qui pourraient être causés par la fouine.

A partir de septembre 2014, préparation de l’arrêté dit « nuisibles » qui sera en vigueur après juin 2015.

Pendant ce temps, les chasseurs font  le forcing pour pouvoir détruire en tout temps et en tout lieu des Vosges, fouines, renards, corvidés. Avec tous les sévices et exactions que cela entraîne pour rien, sur les pauvres victimes des pièges. Rappelons-le, aucun piège n’est sélectif.
Il leur faut condamner à tout prix : donc on instruit à charge, on entasse les fausses accusations, on ne tient surtout pas compte de la présence positive de l’espèce pour la collectivité ni des appels à la raison de 2 députés, de vétérinaires et des scientifiques…
Les fiches de dégâts totalement fantaisistes, ne sont ni datées ni signées par les déclarants. L’animal soi-disant responsable des dégâts quasiment jamais identifié par un agent assermenté, mais par des piégeurs ! (Cherchez l’erreur !)

 

La commission, dite formation spécialisée relative aux espèces d’animaux classés « nuisibles », a lieu le 4 décembre 2014, Oiseaux Nature y siège:

Les dégâts par communes : Cette année 2014-15, les nombreux appels dans le « Chasseur de l’Est », dans la presse vosgienne, sur le site de la fédération départementale de chasse, par courriel de l’association des maires des Vosges à chaque commune, l’association avec la FREDON, etc… pour obtenir des fiches dégâts n’ont pas suffit ! ils jettent même un grand trouble sur la sincérité du peu de fiches de dégâts récoltées, pour lesquelles aucun contrôle de l’ONCFS n’a été effectué. Certaines sommes exorbitantes ont été déclarées. Ois-Nat les conteste.
En commission départementale (commission essentiellement constituée de chasseurs) à laquelle Ois-Nat participe, les membres ne disposent pas de cartes « dégâts » annuelles mais des cartes où figure un total de données compilées sur 3 ans qui exagère fortement les résultats. Mais même comme cela, par exemple pour la fouine, force est de constater que l’écrasante majorité des communes (464 communes sur un total de 514) ne présente pas de fiches de dégâts ! Par ailleurs les cartes montrent le très faible nombre d’observations réalisées dans le département. La fouine n’est pas répandue de manière significative dans les Vosges.

 

pdf Nombre de communes concernées par les déclarations de dégâts sur les 3 années de 2012 à 2015 pour la fouine et le renard

 

La position d’Oiseaux Nature en commission, en ce qui concerne la fouine:

Les risques pour les élevages :

Nous disposons de toutes les fiches dégâts pour les 10 dernières années. Aucune ne concerne un élevage. C’est logique car bien évidemment, tout élevage sérieux est protégé ! Il ne peut donc être avancé sérieusement que la fouine serait « susceptible de causer des problèmes aux élevages ».

Les conseils aux particuliers :

Laisser par exemple de la laine de verre ou un élevage de volailles en accès libre aux rongeurs ou à la fouine n’est pas raisonnable. Depuis des années, les naturalistes d’Oiseaux-Nature sont et resteront bénévolement au service de toute personne de bonne volonté pour l’aider à se défendre préventivement et efficacement. Les solutions sont nombreuses, variées pour chaque cas et souvent plus facile à mettre en œuvre qu’on le pense…

En conclusion:

On nous précise lors de cette commission: il faut être « exemplaire dans l’examen du dossier, se baser non sur de l’idéologie, mais du factuel« . Mais aucun élément nouveau ne nous est présenté aujourd’hui. Les faits sont têtus : la fouine n’est pas répandue de façon significative dans les Vosges, et n’y cause pas de problèmes significatifs, fiables et probants.
En revanche, les bienfaits de sa présence ne sont plus à démontrer (consommation de pigeons et rats en villes, destruction de rongeurs avec réduction efficace de l’échinococcose, etc.).
Nous demandons donc à Monsieur le préfet de ne pas remettre en cause le statut actuel de la fouine, de ne pas proposer son classement comme espèce « nuisible ».

 

La position de Oiseaux Nature en commission, en ce qui concerne le renard:

Les dégâts :

La quasi-totalité de fiches de dégâts ont été signées par des piégeurs agréés. Nous rappelons qu’un piégeur « agréé » n’est pas assermenté. De plus Ois-Nat a fait condamner l’association vosgienne des piégeurs agréés en 2012 par le tribunal d’Epinal pour avoir incité à piéger des espèces non classées « nuisibles ».

Les appels publics insistants des piégeurs, certaines sommes exorbitantes déclarées jettent un grand trouble sur la sincérité de nombreuses déclarations. Des fiches ne concernant pas des dégâts de renards ont été enregistrées. Aucun contrôle de l’ONCFS n’a été effectué.

Le renard est certes plus répandu que la fouine mais le nombre de communes présentant des fiches de dégât n’est proportionnellement pas plus significatif (444 communes sans fiches pour un total de 514 communes).

Les risques pour les élevages :

La carte globale-vulnérabilité/dommages par commune, présentée en commission, est surchargée, illisible, donc inexploitable. Il y est question de « relâchers de gibiers à plumes ». De quels types d’oiseaux s’agit-il, de quelles quantités est-il question, dans quels endroits précis, à quels moments de l’année ? Ces données doivent être avancées pour chaque année et non cumulées. Une installation mal protégée en pleine nature n’a pas lieu d’être.

Quant aux élevages, aucune preuve sérieuse de dégâts ne peut être avancée pour les 10 dernières années. Sur les 6 fiches déclarées en 2013-2014, les juristes que nous avons contactés ont considéré ces dernières, sauf une peut-être, comme irrecevables pour diverses raisons.

Tout élevage sérieux est protégé contre les prédateurs en tous genres : chiens, fouines, renards, rapaces et autres ! Il ne peut donc être avancé sérieusement que le renard serait « susceptible de causer des problèmes aux élevages ».

Les bienfaits de la présence du renard autour de nous :

Ils sont nombreux mais c’est peut être son impact important d’auxiliaire de l’agriculture, sa capacité à consommer de très nombreux rongeurs tout au long de l’année qui nous permettra, nous l’espérons, de convaincre un jour la commission. Denis-Richard Blackbourn, docteur en écoéthologie et en ethnozoologie, s’est livré à un intéressant calcul. En partant sur une base minimale de 3000 petits rongeurs dévorés par an et en la rapportant à la consommation de grains de ces rongeurs sur la moitié d’une vie, il estime qu’un seul renard évite la perte de 12 tonnes de céréales par an ! Un renard vivant environ 3 ans, il ferait économiser à un agriculteur 3200 euros au cours de son existence (Extrait de la revue « Village »).

En conclusion…

On nous précise lors de cette commission: il faut être « exemplaire dans l’examen du dossier, se baser non sur de l’idéologie, mais du factuel« . Mais celui qui nous est présenté aujourd’hui n’est pas solide.

Par conséquent nous demandons à Monsieur le Préfet de ne pas proposer le classement du renard comme espèce « nuisible ».

 

Résultat des débats mi-janvier 2015 : les chasseurs … pardon, le préfet propose que la fouine, le renard, le corbeau freux et la corneille noire soient classés « nuisibles » dans les Vosges pour 3 ans.
La ministre suivra cet avis en juin!

 

Et pendant ce temps d’autres actions de l’association Oiseaux nature ont eu lieu en faveur du renard et de la fouine pour qu’ils n’apparaissent plus sur la liste des soi-disant « nuisibles »:

Durant l’année 2014-15, nous avons informé les communes, et les populations, alertés les élus sur le non sens de l’arrêté dit « nuisibles ». Des articles dans la presse sont parus, des conférences, des expositions se sont tenues durant l’année. Un collectif d’associations s’est mis en place:  Vosges Nature Environnement, Paysage et Biodiversité, SOS Massif des Vosges, Oiseaux Nature et la SVPA, accompagnées deux photographes naturalistes bien connus, Fabrice Cahez et Vincent Munier. Ce collectif a par la suite donné une conférence de presse le 08 décembre 2014.

 

Voici ci-dessous quelques extraits des actions:

pdf Une conférence pour la défense du renard à Vagney – Vom 16-09-2014

pdf Conférence de presse du Collectif – Vom 12-12-2014

pdfLes renards ne sont pas des « nuisibles »! Collectif – Actu 88 du 09-12-2014

pdf Plaidoyer pour le renard et la fouine-Oiseaux Nature (AG Mirabel LNE)

 

Nous avons reçu un grand nombre de soutiens et d’encouragements et nous ne lâchons rien.

Début juillet 2015, l’association Oiseaux Nature a formulé une requête devant le Conseil d’État pour demander l’annulation de l’arrêté en ce qui concerne les Vosges. Nous attendons le jugement ce qui sera long, le juge des référés ayant estimé qu’il n’y avait pas d’urgence à suspendre l’arrêté malgré notre solide et important dossier. En attendant ce sont des centaines d’animaux sauvages, espèces protégées ou pas, animaux domestiques qui meurent dans des conditions inacceptables ou sont mutilés, inutilement. En effet, et  nous le redisons une fois de plus: les pièges sont non sélectifs, la notion de « nuisibilité » est un non sens scientifique.

Voir plus bas: Un point sur les notions de « nuisible » et prédateur

Novembre 2016, malheureusement le Conseil d’État a rejeté notre requête:

Voir aussi notre page: Actions en justice

 

En 2015 seul le département de la Savoie* a obtenu la sortie du renard de la liste des soi-disant « nuisibles »:

*avec Paris et la Corse

pdf Déclassement du renard des espèces « nuisibles » en Savoie – Un exemple à suivre – Bulletin de liaison LPO Info Savoie N° 3 – Octobre 2015

 

Soi disant "nuisibles" Photos © Jacques Vincent

Au printemps, de nombreux renardeaux tels que ceux-ci se retrouvent orphelins et meurent de faim, errants dans la campagne et au bord des routes.

 

arrow


 

Plaidoyer pour le renard et la fouine

Janvier 2015

 

Depuis toujours l’association Oiseaux Nature agit pour démontrer le rôle positif des espèces sauvages malheureusement classées dans la liste des « nuisibles », en particulier le renard et la fouine. Cette dernière, grâce aux actions en justice et actions d’information d’Oiseaux Nature, ne se trouvait plus dans ce classement absurde depuis 2009 (comme aucun des autres mustélidés dans les Vosges).

 

L’année 2014 a donné lieu, à nouveau, à des actions d’information, de sensibilisation du grand public et des services administratifs concernés (DDT Vosges) dans le cadre de la prochaine procédure ministérielle de classement des dits « nuisibles », en juin 2015. Ces actions ont concerné essentiellement le renard et la fouine qui continuent à être persécutés de manière cruelle par les piégeurs et pour le renard, chassé quasiment toute l’année et ceci malgré l’aide qu’il apporte dans la lutte contre les rongeurs ce qui le place comme auxiliaire des herbages, cultures et forêts.
Oiseaux Nature s’appuyant sur des données scientifiques, connaissant le rôle indispensable dans la chaine alimentaire des prédateurs a encouragé la préservation du renard par voie de presse, pris rendez-vous avec les élus et préfet, conférences, expositions, interventions de naturalistes photographes-animaliers vosgiens: Vincent Munier et Fabrice Cahez, a mis en place un collectif d’associations (Oiseaux Nature, Paysages et Biodiversité, SOS Massif Vosges, Vosges Nature Environnement et la Société Vosgienne de Protection Animale) et a conseillé les quelques particuliers ayant subi des prédations de volailles.

 

Les arguments et conseils mis en avant par Oiseaux Nature sont ceux-ci :

  • rôle important pour les écosystèmes,
  • protection adéquate des poulaillers et des habitations,
  • l’échinococcose: maladie rare surtout transmise par nos animaux domestiques et le manque d’hygiène,
  • l’inefficacité de la destruction des renards démontrée par des observations et des expérimentations.

 

Mais face à la pression cynégétique, nous trouvons à nouveau renards et fouines sur la liste « noire » en 2015. Heureusement, les mentalités changent et les retours que nous avons de nos actions donnent espoir et force pour continuer et ainsi faire en sorte que l’image de « puants et malfaisants », déjà bien entamée, disparaisse complètement pour laisser la place à la reconnaissance des bénéfices apportés par nos protégés.

 

Nous avons besoin de vous : informez et communiquez !

 

Un renard mort merci les gars signé les 6000 souris que le renard s'apprêtait à manger dans l'année - ©La Hulotte

Image © avec l’aimable autorisation de La Hulotte

 

 

arrow


 

Le piégeage, une pratique barbare et cruelle

Janvier 2015 mises à jour février 2016, mai 2017

 

Le piégeage n’est pas une activité de chasse…

… il est lui aussi réglementé par des textes officiels :

pdf Arrêté ministériel du 29 janvier 2007 fixant les dispositions relatives au piégeage des animaux classés nuisibles plusieurs fois modifié – dernière version

pdf Arrêté du 1 août 1986 relatif à divers procédés de chasse, de destruction des animaux nuisibles et à la reprise du gibier vivant dans un but de repeuplement – dernière version

 

Il faut bien évidemment protéger ses biens de potentielles dégradations ce qui permet le respect de la vie sauvage et de ces animaux qui par ailleurs rendent gratuitement de grands services à la collectivité en consommant les rongeurs. Nous avons de grands regrets pour le renard dont la persécution va continuer inutilement, de façon aussi cruelle qu’absurde sans tenir compte du rôle très positif que l’espèce joue aussi pour la collectivité et pour la fouine envers laquelle la population a appris à préserver ses biens depuis de nombreuses années.

 

Piégeage en Vosges:

La liste des piégeurs agréés comporte 1078 vosgiens en 2015. De 2012 à 2015, 116 communes (sur 514 communes en tout dans les Vosges) ont fait l’objet d’opérations de piégeage déclarées. La réglementation n’est certainement pas respectée à ce sujet.

Tout piégeur ne peut détruire dans les Vosges que les animaux classés « nuisibles » par l’arrêté ministériel du 30 juin 2015, valide jusqu’en juin 2018. Seuls sont classés « nuisibles » corneilles et corbeaux, fouines et renards. Le piégeur doit relâcher immédiatement et sur place tous les autres animaux capturés. Un piégeur ne peut piéger n’importe où. Il doit disposer d’autorisations, ne peut utiliser que certains types de pièges… Oiseaux Nature a fait annuler ou suspendre de nombreux arrêtés préfectoraux classant abusivement certaines espèces comme « nuisibles ». Dernier en date (21 juillet 2011) : la fouine n’était plus classée « nuisible » jusqu’au 30 juin 2012. Puis ensuite par arrêté ministériel, de 2012 à 2015 elle ne se trouvait plus sur la liste des « nuisibles » dans les Vosges.

Position des piégeurs :

Passionné de piégeage, obnubilé par l’idée de détruire le « nuisible », le piégeur est persuadé d’être à lui seul un service public. Voici développée le 16 septembre 2009 devant la Commission départementale de la Chasse, la position du président des piégeurs vosgiens :
pdf Courrier de l’association des piégeurs au préfet – 16-09-2009
Entendez par « nuisible » tout ce qui dérange uniquement le chasseur. Il n’est nullement question de rat ou de cafard !
Le piégeage est pratiqué quasi uniquement par des chasseurs et toute l’année !

 

La position de Oiseaux Nature :

La notion de « nuisible » ou de « nuisibilité » n’a aucun sens biologique. Dans une chaîne alimentaire, les relations complexes entre proies et prédateurs existent depuis la nuit des temps. Aucun prédateur n’a jamais mis en péril les populations de ses proies, bien au contraire, il exerce une sélection naturelle bénéfique. Pour preuve, regardons la chaîne des insectes où l’Homme n’intervient pas. Tout se passe bien. Il faut protéger ses fraisiers du chevreuil ou du sanglier, comme ses volailles des chiens errants. Le « nuisible » a été créé de toute pièce par le chasseur (ou chasseur-pêcheur) pour pouvoir agir toute l’année, en tout temps. Agréé, le piégeur se sent donc investi d’une «mission» : piéger, piéger, tirer et piéger encore, poser des collets ou déterrer. Et il en oublie souvent de respecter la réglementation. Ois-Nat compte bien lui rappeler qu’elle existe et qu’elle EST INCONTOURNABLE.

En résumé, remplir des fiches de « dégâts » quelle que soit l’espèce, comme le demandent les piégeurs NE SERT A RIEN. Aucune indemnisation n’est prévue. Personne n’indemnise les propriétaires de forêts abîmées par les cerfs. Idem pour les sangliers : personne n’indemnise les particuliers* qui ont pelouses parcs ou cultures dévastés. Les collectivités publiques dont les terrains de foot, cimetières parfois, sont retournés en sont également pour leurs frais. Les chasseurs qui pourtant élèvent ces animaux en forêts ne veulent rien payer.

Faites le savoir !

*seuls les agriculteurs ont droit à indemnité.

 

Lors de parties de ball-trap en pleine nature…pardon de chasse dans les Vosges, des milliers d’animaux de tirs sont lâchés. Quand vous saurez que les territoires concernés sont préalablement « nettoyés » de toute « vermine »* par tir et piégeage, vous comprendrez qu’il s’agit d’informations ultra-sensibles dont les chasseurs ne sont pas fiers. Nous pouvons influer sur ces faits intolérables. nous devons tous savoir combien d’animaux sont concernés et quels sont les animaux. La transparence est indispensable pour que la démocratie et la confiance puissent s’installer.
*chats, mustélidés, renards et autres animaux friands de proies inadaptées et sans défenses.

 

Les chasseurs-piégeurs font actuellement le forcing pour pouvoir détruire en tout temps et en tout lieu des Vosges, fouines, renards, corvidés. Avec tous les sévices et exactions que cela entraine pour rien, sur les pauvres victimes des pièges. Rappelons-le, aucun piège n’est sélectif.

 

 

Lire aussi:

 

Les pièges à mâchoires mutilent Vosges Matin 28-05-2017

pdf Les pièges à mâchoires mutilent – Vosges Matin 28-05-2017

 

 

Piégeage Attention danger Vosges Matin 14-02-2016

Piégeage – Attention danger! Vom 14-02-2016

Une erreur s’est glissée dans le paragraphe concernant la réglementation: Depuis le 1er juillet 2015, les espèces classées dans la liste des soi-disant « nuisibles » dans les Vosges sont le renard, la fouine, le corbeau freux et la corneille noire. Ceci permettra de faire encore de nombreuses victimes parmi les animaux de cette liste et parmi bien d’autres, domestiques et sauvages, protégés ou pas.

 

 

Le point de vue de l’ONCFS sur le piégeage – La vérité rétablie

Octobre 2015

 

Devenir piégeur ONCFS

 

Sur le site de l’ONCFS vous pouviez trouver une fiche juridique dans la rubrique concernant la chasse intitulée : «Devenir piégeur c’est simple utile et amusant». Le terme « amusant » a alerté un grand nombre de défenseur de la faune sauvage et d’associations qui ont réagi et l’ONCFS, le 30 novembre 2015, a modifié son titre en supprimant le mot « amusant ». Non seulement le titre était révélateur du peu de considération pour la biodiversité, de la part d’un établissement public travaillant à «Sauvegarder et gérer durablement la faune sauvage et ses habitats», mais par le terme employé, il nous démontrait l’emprise sur cet établissement de la fédération de chasse pour qui la nature sert effectivement d’amusement.
Le titre engageant à une lecture que l’on devinait plaisante, cette fiche une fois parcourue révèle le non-sens de cette activité, le manque d’éthique, et la légèreté avec laquelle on encourage des jeunes de 15 ans à détruire la faune sauvage soi-disant «nuisible», patrimoine naturel.

Des associations ont envoyé des courriers à l’ONCFS afin de révéler les contre vérité de cette fiche.
Nous mettons en ligne ci-dessous 2 lettres d’association de défenses de la faune sauvage dont nous partageons une grande partie des arguments et que nous ne cessons de répéter depuis des années. Elles sont instructives sur la réalité du piégeage.

 

pdf Courrier SFEPM à l’ONCFS 30-11-2015
pdf Courrier ASPAS à l’ONCFS 03-10-2015

La fiche rectifiée de l’ONCFS :
pdf Devenir piégeur ONCFS 30-11-2015

 

Lisez-les, faites passer le message, cette activité inutile et cruelle doit cesser – Merci

 

Chat forestier © Fabrice Cahez

Les espèces protégées paient aussi un lourd tribu au piégeage

 

arrow

 


 

La notion d’espèce «nuisible» supprimée ou tour de passe-passe sémantique?

Novembre 2016, mise à jour mars 2017

 

Le projet de «Loi Biodiversité» a enfin été adopté après un parcours pour le moins, bousculé. Les lobbies de la chasse et de l’agriculture intensive ont été puissants au Sénat et chez certains députés et ont imposé une régression après chaque lecture. Effectivement l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) n’a pas été intégré à l’Agence Française pour la Biodiversité, le puissant monde cynégétique ayant peur que ses intérêts soient mal représentés au sein de l’Agence Française pour la Biodiversité. Il y a eu  aussi le refus de la reconnaissance du statut d’être sensible à la faune sauvage, le refus d’interdiction de la chasse à la glu et de la chasse en période de reproduction et de dépendance des jeunes dont le déterrage des blaireaux alors que les jeunes sont encore dépendants des adultes….

«Les discussions ne furent que rarement à la hauteur des enjeux, les lieux communs, les affirmations gratuites, voire les moqueries s’accompagnant d’un véritable déni des connaissances scientifiques…

Le débat sur le rôle des associations de protection de la nature dans la connaissance de la biodiversité, lors des discussions sur les plans d’action en faveur des espèces menacées, a montré le mauvais esprit de quelques parlementaires, et surtout leur méconnaissance profonde des enjeux et acteurs dans ce domaine.

De manière globale, les régressions successives introduites à chaque lecture, principalement par le Sénat montrent, au-delà d’un cynique jeu politique, qu’une majorité de sénateurs et une minorité de députés n’ont clairement pas pris la mesure de la situation, ni de leur responsabilité vis-à-vis des générations futures.» Extrait du CP commun du 21-07-2016 de la LPO-FNE-Humanité et Biodiversité-fondation Nicolas Hulot-WWF-ANPCEN

 

Mais arrêtons-nous au 157ième article (ouf), sujet de ce post :

L’article 157 de la nouvelle « loi biodiversité » fait disparaitre le terme «nuisibles» pour le remplacer par espèces «susceptibles d’occasionner des dégâts» et/ou par espèces «non domestiques».

pdf Article 157 – LOI n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages – Legifrance

 

Comme nous l’avons toujours exprimé, la notion de nuisible (voir sur notre site: Un point sur les notions de « nuisible » et prédateur ) s’appliquant à la faune sauvage est un non-sens écologique et ne recouvre aucune réalité scientifique.

Nous souhaiterions que ces changements de vocabulaire ne soient pas que sémantique, provoquent une évolution des représentations des espèces sauvages et aboutissent à un arrêt des destructions de ces espèces qui soi-disant occasionnent des dégâts.

Mais nous redoutons que sur le terrain, les termes «susceptibles d’occasionner des dégâts» ne changent rien au massacre de ces animaux pour lesquels le seul point de vue de l’administration, des chasseurs et des piégeurs sont des éléments à charge le plus souvent très discutables. Au contraire depuis quelques temps de nombreuses incitations à déclarer des dégâts sont faites par les fédérations de chasse, les associations de piégeurs et les syndicats d’agriculteurs, par tous les moyens de communications à leur disposition. Ils créent ainsi un besoin inutile voire lucratif alors que des solutions alternatives peuvent être mises en place. Tuer la nature rapporterait-il plus que la préserver ?

 

Les termes d’espèces «non domestiques» et  «susceptibles d’occasionner des dégâts» utilisés dans le cadre de la réglementation de la chasse, nous inquiètent beaucoup et ils pourraient élargir le champ d’action des tueurs de la biodiversité à d’autres animaux sauvages qui n’étaient pas jusqu’ici inclus dans l’ancienne dénomination de «nuisibles».

 

pdf Article L427-6 du code de l’environnement – motifs destruction d’espèces non domestiques

 

renarde photo©Annie Barthelemy

Rien ne change pour elle, elle sera massacrée comme ses frères et sœurs

 

 

Voici la réaction d’un adhérent, Gilles Jaquemin (Université de Lorraine):

« L’Homme et tous les autres êtres vivants partagent un même espace de vie (leur environnement). Ils en utilisent les ressources, et par conséquent, une partie de ces ressources (espace et nourriture essentiellement…) est forcément commune à un grand nombre d’espèces. Celles-ci se trouvent de ce fait en compétition.

L’expression « susceptible de provoquer des dégâts » sonne certes mieux à l’oreille que les termes « nuisible » ou « malfaisant », hérités d’un autre âge, et il est heureux qu’enfin ils aient été abandonnés. Cette expression très subjective (pour qui, ces « dégâts »?) ne recouvre pourtant rien d’autre que les effets de cette compétition; les dégâts dont il est question ne sont rien d’autre que les effets sur leur environnement qu’exercent les espèces concernées. Toutes les espèces vivantes agissent sur leur environnement (en mangeant, en se déplaçant, en s’abritant, en se reproduisant, etc…). Vivre, C’EST agir sur son environnement. Une espèce vivante n’est pas une potiche sur une étagère. L’Homme lui aussi exerce un effet sur son environnement, et autrement plus puissant, décuplé par ses moyens techniques, et le nombre explosif de ses représentants! Les autres espèces sont, hélas pour elles, incapables de légiférer pour considérer l’impact humain sur leur environnement comme des « dégâts ». Elles sont seulement les victimes muettes d’exterminations parfaitement légalisées, et officiellement organisées, au prétexte que certains effets de la compétition avec elles contrarient les intérêts humains, ce qui est à peu de choses près la définition d’une compétition. On reproche donc à ces espèces d’être des compétitrices de l’Homme. Or toutes le sont, à des degrés divers. A partir de quel degré considère-t-on que cette compétition devient inacceptable et « justifie » des mesures d’extermination? La question est sérieuse et n’est jamais posée clairement! C’est une question d’autant plus sérieuse que prétendre préserver la biodiversité (des espèces et des écosystèmes) c’est obligatoirement accepter cette compétition. Jusqu’où décidons-nous de l’accepter? Si nous ne la tolérons que dans la mesure où elle ne contrarie pas nos intérêts, c’est que nous ne l’acceptons pas du tout.

Ainsi, même en dehors de toute considération d’ordre moral ou affectif, il existe une contradiction majeure entre une volonté affirmée de préserver la biodiversité d’une part et des décrets comme celui-ci d’autre part, visant à renforcer la destruction des animaux « susceptibles d’occasionner des dégâts ». Cette question fera-t-elle un jour l’objet d’un débat clair? Afin que le flou hypocrite qui recouvre ces questions soit enfin dissipé, et qu’une conduite écologiquement responsable, cohérente et transparente soit décidée… »

 

arrow

 


 

Un point sur les notions de « nuisible » et prédateur

Janvier 2015

 

L’homme aime les classements, il a classé le vivant en espèces, genres, familles, ordres, classes etc… et ainsi il s’est assuré une bonne place dans la « création ». Et puis les choses se sont gâtées d’abord avec Darwin puis avec les scientifiques qui se sont intéressés à la phylogénétique. Ce dernier type de classement montre que le vivant en fait, est un continuum en perpétuel mouvement et adaptation. C’est ce qui crée les différences et fait la richesse de la biodiversité indispensable à la vie.
Malgré cela des décideurs politiques, pressés par le lobby des chasseurs, ont mis en place une législation et une réglementation en particulier ici pour notre faune sauvage, qui n’a aucune justification écologique et scientifique : du point de vue du droit, certains animaux sauvages (rappelons que la sensibilité des animaux sauvages vivant à l’état de liberté n’est pas reconnue dans nos textes législatifs et réglementaires) sont protégés à juste titre, d’autres sont chassables (et considérés comme gibier) ou de pêche, d’autres encore ne représentent rien et ont un statut de Res Nullius, (biens qui n’ont pas de maître et qui n’appartiennent à personne dont l’usage est commun à tous). Et puis il y a les nuisibles et autres puants, becs droits, malfaisants, bêtes fauves, (on appréciera les qualificatifs de certains « protecteurs » de la nature) bref, selon ces derniers protecteurs, ceux qui s’attaquent « à leur gibier » et parfois ont un impact sur les activités humaines (alors que des solutions autres que la mise à mort de l’animal peuvent être mises en place). Et puis c’est dans l’air du temps, un éventuel quatrième groupe sème la terreur : les espèces invasives (conséquence le plus souvent des agissements irresponsables de l’homme) groupe discutable, reclassé en chassables et nuisibles.

Notre ministère de l’environnement s’appuie encore sur ce genre de classement plus « politique » que réfléchi, ayant ainsi un point de vue fixiste et dépassé de la biodiversité cachant ainsi ses insuffisances derrière des termes édulcorés comme « régulation des populations, déprédateurs… », ces dispositions n’ayant d’intérêt que pour le lobby cynégétique.

 

Déjà dans le Troglo n°70/71 d’avril 1999 page 20, Oiseaux Nature faisait une démonstration de la fragilité de cette notion de « nuisible » :

« Prenons l’exemple du renard, ennemi public numéro un pour le Nemrod de base. Son régime est constitué pour l’essentiel de campagnols, il est donc l’ami de l’agriculteur… Quant aux dégâts dans les poulaillers ils sont impossibles si la clôture est maintenue en parfait état…Les corbeaux freux auxquels on reproche de ravager les semis à la mauvaise saison et de croasser bruyamment dans les parcs de l’ouest vosgien, capturent une énorme quantité de larves pour nourrir leurs jeunes au printemps et deviennent alors les auxiliaires de l’agriculteur. »

 

Il a donc fallu que des organisations non gouvernementales se lancent dans des campagnes d’informations et de recherches pour le sauvetage d’espèces emblématiques remarquables, un comble ! Ce dernier combat nous le soutenons bien évidemment mais nous pensons qu’il n’y a pas plus d’espèces remarquables que d’utiles ou de nuisibles. Nous pensons comme beaucoup de chercheurs, naturalistes et simples citoyens respectueux de la vie que toutes les espèces ont leur place dans la nature. Le concept que nous défendons et qui résiste aux critiques des adeptes des classifications arbitraires, est le concept de prédateur. En effet, Oiseaux Nature n’a de cesse de lancer des alertes quant au rôle essentiel de la prédation par la faune sauvage dans les équilibres naturels.

 

Ainsi dans Le Troglo n°117 d’avril 2012 à la page 15, nous vous expliquions en quoi:

Les prédateurs sont indispensables –  le Troglo n°117 avril 2012

dont voici quelques extraits :

« L’animal qui en tue d’autres pour se nourrir joue un rôle primordial dans la chaîne alimentaire. Mais dire qu’il est utile ou nuisible n’a aucun sens…tout prédateur joue un rôle sanitaire essentiel. Cela s’appelle la sélection naturelle… Le grand philosophe et naturaliste Robert Hainard, spécialiste des mammifères sauvages, écrit : « Si le lapin s’ébat parmi le thym et la rosée, et non dans un paysage râpé, plein de crottes, c’est au renard qu’il le doit… Le meilleur ami d’une espèce est son prédateur. »Le lion comme le renard contribuent à réguler et à stabiliser les populations de leurs espèces-proies, et ils en limitent les pullulations… dès la diminution du nombre de proies, les effectifs des prédateurs s’effondrent. Leur dynamique de population est directement influencée par celle des populations de leurs proies. Les prédateurs sont partout autour de nous : L’hirondelle, la musaraigne, la grenouille et l’araignée sans qui nous serions envahis de mouches, la coccinelle dévoreuse de pucerons et la fouine ou le chat mangeurs de souris sont très connus. »
La biodiversité, dont la faune sauvage, est en danger. Le « bricolage technique » à court terme que nos décideurs cautionnent est une forme d’arrogance au regard des inventions géniales et des adaptations de la nature. Notre ministère de l’environnement doit retrouver un peu d’humilité et prendre des mesures et décisions en tenant compte de l’avis de naturalistes et scientifiques dont les études en toute connaissance et conscience sont accompagnées d’une réflexion éthique c’est-à-dire pour le bien être de l’animal, de la nature, et ainsi de l’humanité. C’est ce qui sauvera notre planète.

 

Dispute merle, étourneau en hiver © Fabrice Cahez

Compétition, solidarité, survie…La compréhension des lois la nature et de son importance sont détournées par les motivations de certains d’entre nous.

 

Pour plus d’informations sur les soi-disant « nuisibles »

voyez l’excellent dossier thématique :

« Les animaux classés nuisibles » de la Revue Semestrielle du Droit Animalier numéro 1/2012 pages 221 à 301 téléchargeable sur le site de la faculté de droit de Limoges :

Revue semestrielle du droit animalier-Université de Limoges

 

Et lire aussi l’avis du Conseil du Scientifique du Patrimoine Naturel et de la Biodiversité du MEDDE:

Espèces utiles ou nuisibles: des catégories à repenser – avis du Conseil du Scientifique du Patrimoine Naturel et de la Biodiversité du 17-02-2016

 

Et encore un document de l’Éducation Nationale qui date un peu, les programmes indiqués ont changé mais les notions d’équilibre écologique et de faune sauvage utile et en interaction avec son environnement sont d’actualité et pour longtemps.

pdf Toutes les espèces sont utiles – Le Renard – Ministère de l’Éducation Nationale de l’Enseignement Supérieur et de Recherche – Mai 2007

 

 

Où se trouvent les nuisibles? et bien lisez cet article « Des mots d’un autre âge » dans  la revue « Plaisir de la chasse » de janvier 2014:

Des mots d'un autre âge - Plaisir de la chasse Janvier 2014

 

 

arrow


 

Les cadeaux de notre gouvernement aux chasseurs

mises à jour Janvier 2016, mars 2016, novembre 2016

 

  • La ministre de l’écologie confirme le même dispositif que l’an dernier au sujet de la chasse aux oies, qui sera donc autorisée jusqu’au 10 février… !

 

Lire le communiqué de presse commun à la LPO-FNE et Humanité et Biodiversité

Lire l’article de la LPO : Chasse des oies : la ministre de l’Ecologie encourage à ne pas respecter le droit

 

  • Dans le cadre de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, (loi dite biodiversité) minée par le lobby de la chasse, celui ci a obtenu:

« Ils l’avaient réclamé à François Hollande, ils l’ont obtenu. L’agence de la biodiversité n’avalera pas l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Une manière pour les chasseurs de garder entière leur influence. »

Lire à ce sujet l’article: pdf  Les chasseurs vont-ils faire capoter l’Agence de la biodiversité? Terra Eco du 27-03-2014

et puis

-l’autorisation de la chasse à la glu est maintenue.

-l’autorisation de la chasse des mammifères (y compris les espèces soi-disant « nuisibles ») pendant les différents stades de reproduction et de dépendance est maintenue.

 

  • le 27 octobre 2016

Le président de la République reçoit le patron des chasseurs français

 

Voir aussi notre article: les cadeaux en 2015

 

arrow


 

Collectif du 21 septembre pour sortir de la chasse et du piégeage

Janvier 2015, mise à jour avril 2016

 

Logo collectif du 21 septembre

 

Historique du collectif du 21 septembre:

Le 21 septembre 2013, s’est tenue à Paris une manifestation « La chasse y’en a marre » réunissant des associations animées par le même objectif : l’abolition, à plus ou moins long terme, de la pratique de la chasse et du piégeage. A la suite de cet évènement s’est constitué un collectif d’associations dont les représentants ont été reçus, à plusieurs reprises, par les conseillers du Ministre de l’Environnement. Le collectif se compose actuellement de 75 associations dont Oiseaux Nature et plus de 300 particuliers et ce n’est pas terminé d’autres associations  rejoindront encore et encore le collectif.

 

Collectif du 21 septembre

 

Pétition pour l’abolition de la chasse par le collectif du 21 septembre:

Demandons que la pratique de la chasse soit définitivement abolie en France, de tout temps et en tout lieu, pour des raisons éthiques, écologiques et de sécurité.

Seules seront admises les interventions d’agents assermentés et indépendants, spécialement formés pour résoudre sans violence les problèmes posés par la faune sauvage ou pour abréger les souffrances d’animaux malades ou blessés.

Signez la pétition pour l’abolition de la chasse à l’attention du Ministre de l’Environnement. Pétition mise en ligne par le Collectif du 21 septembre dont Oiseaux Nature fait partie.

 

Pétition pour l’abolition de la chasse par le Collectif du 21 septembre

Pétition pour l’abolition de la chasse – Collectif du 21 septembre – Version papier

 

arrow


 

Appel pour le dimanche sans chasse

Janvier 2016

 

Oiseaux Nature a signé l’Appel pour le dimanche sans chasse, cosigné par plus de 800 clubs sportifs, centres équestres, gites ruraux, associations de protection de la nature et autres organisations…

 

Image Appel pour le dimanche sans chasse!

 

« Le dimanche est le jour privilégié des promenades familiales, des sorties VTT, des balades à cheval, des randonnées, des courses à pieds et autres activités pacifiques de plein air. Chacun doit pouvoir exercer son loisir sans subir les perturbations et menaces provenant d’une seule activité. Pour la tranquillité et la sécurité de tous, pas de chasse ce jour-là !
Nous appelons le gouvernement à déclarer le dimanche comme jour national sans chasse, mesure d’intérêt général souhaitée par la majorité des français-es. »

L’appel pour le dimanche sans chasse ne peut pas être cosigné par les particuliers. Seuls les organismes (clubs, associations, entreprises…) en lien avec la nature peuvent le cosigner.
Merci de faire signer l’Appel par vos clubs et associations !

 

Collectif pour le dimanche sans chasse

 

Pour les particuliers, Il existe une pétition pour que le dimanche devienne un jour non chassé :

  Pour l’arrêt de la chasse le dimanche

Signez et Faites passer l’information pour la nature, pour la paix et pour la vie – Merci

 

Un dimanche à la chasse pas d'accord - Collectif pour le Dimanche sans chasse 13-10-2015

 

pdf Un dimanche à la chasse pas d’accord – Collectif pour le Dimanche sans chasse 13-10-2015

 

 

arrow


 

Non aux chasseurs dans les écoles

Mars 2015, mise à jour février 2017

 

Danger chasseurs dans les écoles - Image ASPAS

 

Début 2015, une fois de plus, une convention est sur le point d’être signée entre la Fédération nationale des chasseurs, la Fédération nationale des pêcheurs et les Ministres de l’Écologie et de l’Éducation Nationale? En réaction un Collectif « NON aux chasseurs dans les écoles ! » se met en place dont l’association Oiseaux Nature fait partie. Il est composé de professionnels de l’enseignement, de parents d’élèves, de psychologues, de guides nature diplômés et de protecteurs de la nature et de la faune sauvage.
Par une lettre du 2 février 2015 (lettre dans le dossier ci dessous) le collectif demande aux ministres de l’Éducation Nationale et de l’Écologie de ne pas réitérer l’expérience de la convention signée en 2010 pour 4 ans (non renouvelée en 2014) et de ne pas cautionner l’intervention des chasseurs en milieu scolaire en signant une nouvelle convention.

 

Dossier Non aux chasseurs dans les écoles - 2015

 

pdf Collectif « Non aux chasseurs dans les écoles » – 2015

 

 

Ségolène Royal soutient les chasseurs dans les écoles

 

pdf Non aux chasseurs dans les écoles – Dépliant ASPAS

 

 

Pour vous faire une idée des actions d’ « éducation à l’environnement » proposées par les chasseurs :

 

Article " Pour un pan! pan! durable" du Canard enchainé 25-03-2015

Article du Canard enchainé 25-03-2015

 

En ce qui concerne les Nouvelles Activités Périscolaire (NAP):

Les effectifs de chasseurs diminuant et vieillissant, il est vital pour eux de faire de nouveaux adeptes. Comme leurs interventions sont souvent gratuites, il est à craindre que beaucoup de communes rurales ne disposant que d’un petit budget y recourent dans le cadre des NAP mises en place en 2014.

Le prosélytisme des chasseurs auprès des enfants n’a d’autre but que de leur apprendre les différentes façons de tuer sous couvert d’éducation à la nature. Confier aux chasseurs la sensibilisation des enfants à la nature est étrange: Cela revient à les imprégner, dès leur plus jeune âge, de la culture de la violence et du rapport à la nature fondé sur la domination de l’homme. Cela revient ainsi à les mettre en danger!

 

Les chasseurs s’invitent dans les activités périscolaires – Vom 01-02-2015

« La dernière séance portait sur le sanglier et les armes. Comment chasser en toute sécurité ? Quels sont les moyens de se protéger et de protéger les éventuels promeneurs ? Le maniement des armes a également été évoqué… »

 

 

arrow


 

Les actions d’Oiseaux Nature en justice contre les actes illégaux de piégeage et de chasse

 

Visitez notre page: Actions en justice

 

arrow

 


 

 Piégeage et animaux domestiques

Janvier 2015, mise à jour mars 2015

 

La SVPA donne une information sur la cruauté et la non sélectivité des pièges.

Contactez-nous si vous êtes témoin de piégeages d’animaux protégés ou domestiques.

 

À lire aussi:

  La lettre du 22 mars 2015 de Gérard Charollois

Président de l’Association Convention Vie et Nature « ...Comment peut-on dissocier l’animal domestique et l’animal sauvage, au regard de leur sensibilité ? »

 

arrow


 

Exposition : « Renard je suis, renard je vis… »

Janvier 2015

 

Nous mettons à votre disposition une superbe exposition sur le renard. Demandez-la.

Cette exposition pédagogique a pour but de familiariser le jeune public et moins jeune avec le Renard Roux. Remarquable prédateur, le Renard est encore trop souvent accusé, dans une longue tradition d’ignorance, de nombreux « méfaits » qui font de lui la victime de véritables tentatives d’éradication alors même que son rôle dans le maintien des équilibres écologiques n’est plus à démontrer.

14 panneaux de format 80 x 120 cm avec œillets de suspension

Cet outil pédagogique est à disposition des enseignants, associations, bibliothèques,
personnes désireuses d’agir en faveur de la protection du renard.

 

 

Affiche exposition /conférence à Vagney 2014

Affiche exposition «Renard je suis, renard je vis…» à Thaon les Vosges 2014

arrow


 

Nous mettons à votre disposition une superbe exposition sur le blaireau : « Blaireau… le « Bourru » des Bois »

Janvier 2015

 

Demandez-la.
Animal peu ou mal connu, cette exposition permet de tout connaître du « bourru » des bois, où il vit, ce qu’il mange, ce qui le menace…L’occasion de découvrir un animal attachant encore victime de préjugés lui valant d’être chassé par déterrage au terrier, une pratique à abandonner.
30 panneaux (dont 12 juste en photographies – format 100×70 cm avec œillets de suspension) pour alterner connaissance et plaisir.
Cet outil pédagogique est à disposition des enseignants, associations, bibliothèques, personnes désireuses d’agir en faveur de la protection du blaireau.
Parallèlement, nous organisons des sorties d’étude et de formation sur l’animal.

 

 

Exposition "Blaireau, le "bourru" des bois"

Exposition « Blaireau, le « bourru » des bois »

 

arrow


 

Réserve de chasse = Zone de non chasse, zone naturelle protégée, refuge sans chasse = Zone de tranquillité pour la faune sauvage et pour vous même.

Janvier 2015, mise à jour mai 2016

 

Zone naturelle protégée

 

Vous êtes propriétaire d’un terrain ? Confiez-nous le droit de chasse qui y est attaché.
Votre terrain deviendra une zone de non chasse. La faune sauvage y sera protégée.
Vous êtes propriétaire d’un terrain dans les Vosges, gros ou petit, clos ou non et vous désirez en faire un refuge pour la faune, sans chasse, sans piège. C’est possible bien sûr car « Nul n’a la faculté de chasser sur la propriété d’autrui sans la consentement du propriétaire ou de ses ayants droits. » (article L422-1 du Code de l’Environnement).
Pour plus d’information rendez-vous à la rubrique:

AGIR > Aidez-nous  > Zone de non chasse, zone protégée, refuge sans chasse

 

Les nouveaux panneaux « Zone naturelle protégée » sont disponibles, contactez nous pour plus d’information.

 

Panneau Zone naturelle protégée - Oiseaux Nature

 

arrow